Votre site d'informations générales !

Cité Ataya : entre incendies d’origine électrique et installations pas aux normes, les habitants tirent la sonnette d’alarme

C’est un vent de panique totale qui souffle à la Cité Ataya, où actuellement les résidents vivent une peur sans fin depuis plus de 10 mois. Des incendies répétitifs déclenchés par le courant électrique, le manque d’eau et des infrastructures pas aux normes secouent le quotidien de la cité Ataya. Le 22 janvier dernier, un incendie provoqué par les installations électriques du bâtiment 6 a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Face à cette situation dangereuse, les responsables de la cité regroupés autour de l’Association des copropriétaires de la Résidence Ataya ont fait face à la presse le mercredi 24 janvier pour alerter sur le danger qui les guette.

« C’est avec amertume et angoisse que, par votre canal, nous prenons la population sénégalaise à témoin, pour nous adresser aux autorités de ce pays, avec au premier rang, le chef de l’État, son excellence monsieur Macky Sall, président de la république, afin d’alerter sur une situation alarmante qui a assez duré à la Résidence Ataya», s’alarme Aïssatou Samb, Mme Kébé, première présidente de l’Association des copropriétaires de la Résidence Ataya.
La cité Ataya n’est pas à son premier incendie. Il y a près de 10 mois, un incendie avait eu lieu dans le bâtiment 4 paralysant jusqu’à aujourd’hui l’usage de ce bâtiment. Cette fois-ci, (le 22 janvier), un incendie encore provoqué par un choc électrique, a été déclaré dans le bâtiment 6.

« Un premier incendie au bâtiment 4 nous a surpris dans la nuit du 3 au 4 mars 2023. Jusqu’au moment où nous parlons, les résidents du bâtiment 4 n’ont pu rejoindre leurs domiciles, à cause de l’énormité des dégâts et du dilatoire du promoteur, monsieur Paul Libens. Il y a eu ensuite ce 22 janvier 2024, dans la nuit, un autre incendie au niveau du bâtiment 6, avec à peu près les mêmes dégâts, sans compter les débuts d’incendie et des étincelles aux bâtiments 1 et 6 fréquemment… » s’indigne Mme Kébé.

Vivant constamment avec la peur, les copropriétaires de la résidence Ataya sont aussi confrontés à des pénuries récurrentes d’eau.

Face à cette situation dangereuse, les copropriétaires de la Résidence Ataya pointent du doigt le promoteur belge Paul Libens et interpellent le président de la République ainsi que les autorités compétentes afin d’obliger ce dernier à respecter ses engagements avant qu’un drame ne se produise…

laissez un commentaire