Votre site d'informations générales !

Libération de détenus : un député de Benno en phase avec Khalifa Sall

Libération de détenus : un député de Benno en phase avec Khalifa Sall

Le Secrétaire général de la Ligue démocratique (LD), Nicolas Ndiaye, par ailleurs allié du Président Macky Sall, dans le cadre de la coalition au pouvoir, Benno Bokk Yakaar, est en phase avec l’opposant et candidat à l’élection présidentielle, Khalifa Sall.

Face à la presse, l’ancien maire de Dakar, flairant un deal, n’a pas manqué d’exprimer ses doutes quant aux motivations réelles derrière ces libérations.

« Dans quel cadre, selon quelles conditions et quelles modalités cette libération s’effectue-t-elle ? Quels sont les véritables enjeux et motivations cachées derrière cette affaire ? » s’est-il en effet interrogé.

« Je pense que des explications doivent lui être données. Nous aussi, on aimerait bien avoir des explications. C’est à dire que ça ne gâte rien », défend le député de Benno dans un entretien accordé au journal Les Échos.

Il explique : « Pour des besoins de décrispation, je suis d’accord pour qu’on libère les uns et les autres. Mais, les charges étaient graves. Les gens disaient que c’étaient des prisonniers politiques. Nous, on disait que ce n’était pas des prisonniers de droit commun. Des explications sont nécessaires. Je trouve que Khalifa Sall a raison. La transparence n’est jamais une mauvaise chose dans un pays. »

Quid du débat sur la loi d’amnistie en faveur de Sonko et Cie ? « En vérité l’amnistie me pose problème. C’est à dire je ne souhaite pas la prison pour Sonko mais, les faits qui lui sont reprochés sont d’une extrême gravité. Ce qu’on a vu au Sénégal depuis 2021 jusqu’en 2024, c’est extrêmement grave », insiste-t-il.

Abordant le cas de Bassirou Diomaye Faye, le successeur de Mamadou Ndoye à la tête de la formation politique rappelle que celui-ci et Sonko « sont accusés des mêmes choses. »

D’ailleurs, s’interroge-t-il, « il est le numéro 2 du parti dissous. Le fait qu’il passe entre les mailles du filet du Conseil constitutionnel m’a étonné. »

Mais, tranche le parlementaire, « vu que les décisions du Conseil constitutionnel sont sans recours, on est obligé d’accepter. »

Nicolas Ndiaye a tenu à préciser que Amadou Ba « reste et demeure le candidat » de la LD.

laissez un commentaire