Votre site d'informations générales !

Macky Sall : « La date de l’élection dépendra de ce dialogue »

Le Président de la République, Macky Sall dans son face à face avec la presse, rappelle le processus électoral se trouve dans sa phase finale. Donc, il na pas jugé utile de revenir sur toutes les péripéties. Mais, il reconnait avoir été élu depuis 2012 et le 4 avril sera la fin de son mandat. Il estime que le débat autour de cette affaire ne devrait pas avoir lieu. On a juste, voulu le faire porter une idée qui ne la traverse pas lesprit. Ainsi, il prévient quaprès lexpiration de son mandat le 04 avril, le pays ne pourra pas rester sans Président de la République. Si le dialogue ne parvient pas à régler cette situation, il promet quil appartiendra au Cc de décider de ce qui sera fait. Mais, la date de lélection, retient-il, dépend de ce dialogue.
Consensus du dialogue, a défaut le conseil tranchera
Le Président de la République, Macky Sall semble être dans une véritable dynamique dapaisement avec les concertations prévue le lundi 25 février et mardi 26 février. Il indique que sil ny a pas de consensus, le Conseil constitutionnel va décider. Il précise quil y a eu un problème. « Si on avait voté le 25, il ny aurait plus cette situation. Le CC a indiqué au Président de la République ne prend cette date. Avec cette concertation, on verra la date. Si on trouve un consensus, la date sera retenue. Je prendrai le décret. A défaut, on renvoie encore cela au CC ».
Le dialogue va concerner tous les acteurs…
Le Président de la République, Macky Sall révèle que le dialogue va concerner tous les acteurs. Cest à dire, les candidats recalés, ceux retenus et les spoliés ainsi que le secteur privé, les religieux etc. « Il faudra passer par des raccourcis si on veut sinscrit dans les délais. Il y a le code électoral. Si le dialogue indique quon ne doit pas se précipiter. Lélection peut se tenir avant ou après le 2 avril. Ce que dit la constitution dans lalinéa 2 ne fait pas lobjet dunanimité. Il ny aura pas de vide.
Dialoguer pour sortir de lornière
Le Président de la République, Macky Sall est catégorique sur le report de lélection nest pas dû à laccusation. Il vient de lAssemblée nationale. La décision est intervenue bien après. « Jai abrogé le décret convoquant le code électoral. Mais, le dialogue sera dabord, avec les acteurs politiques, tous les candidats validés et autres. Il me semble que les candidats ont accepté de dialoguer. Et seul le dialogue permet de sortir de lornière », retient-il. Le Président a évoqué la nécessité de réconciliation, de pardon, de paix et de stabilité. Et, il aimerait poursuivre cette dynamique démergence.
Réconciliation et pardon pour un dialogue constructif
Le Président Macky Sall appelle à un dialogue constructif et, à une réconciliation. Daprès lui, le pays doit faire preuve de pardon. « Oui, il ne faut exclure aucune personne. Toutes les personnes arrêtées peuvent bénéficier. Il ny a aucune personne à écarter. Il y a le Sénégal, le ciment de lunité nationale, lintégrité nationale. Ce nest pas une première au Sénégal. Des jeunes ont perdu la vie. Il faut le Sénégal aille vers des lendemains certains.

Le caract7re discret de la médiation Macky – Sonko
Le Président Macky Sall a mis en avant dans sa démarche la discrétion. Il révèle que des personnes de bonnes volontés ont entrepris des démarches. Mais, sa volonté est antérieure à cette démarche. Cet apaisement est antérieur. Il sinscrit dans un esprit de dépassement et deffacement. « Notre constitution donne le droit de grâce au Président. Pour cela, il faut lépuisement de tout le processus. Mais, lamnistie efface les faits. Nous voulons oublier. Et, il faut tourner la page. Nous voulons créer les conditions dune élection libre et transparente. Il y a des procédures que les avocats peuvent faire. Le procureur peut donner son avis ou son accord », dit-il.
Campagne de presse internationale décriée
Le Président Macky Sall a accueilli avec beaucoup de peine les communiqués des partenaires internationaux et du traitement des médias internationaux sur lactualité sénégalaise. Daprès lui, aucune loi na été violée au Sénégal. « Nous sommes dans le dialogue des institutionnel. LAssemblée et le CC ont chacun joué son rôle. Toute cette campagne de presse est aux antipodes de mes aspirations. Jai refusé dêtre tenté par un 3e mandat. Je ne mérite pas cette campagne internationale nauséabonde. Je dénonce ce fait », dit-il.
Malgré sa désapprobation sur ce traitement inique, il apprécie la collaboration de ses partenaires étrangers qui ont grandement accompagné et financer beaucoup le développement du pays. Il les exhorte à poursuivre cette collaboration avec le futur Chef de lEtat.

laissez un commentaire