Votre site d'informations générales !

MODIFICATION DE L’ARTICLE 87 Doudou Wade parle de «catastrophe»


pub artp header

L’ancien président de groupe parlementaire «Liberté et démocratie», sous la 12e législature, exprime ses craintes par rapport au projet de loi portant révision de la Constitution, devant donner au président de la République le pouvoir de dissoudre l’Assemblée nationale à tout moment. Dans un message adressé aux députés hier, il les invite à un «sursaut d’orgueil». «Messieurs les députés. Le projet de révision de la Constitution en son article 87 mérite un sursaut d’orgueil collectif pour refuser le DICTAT du Président de la république», peut-on lire dans la lettre de Doudou Wade. Qui rapporte le texte qui doit être modifié: «Article 87. – Le Président de la République peut, après avoir recueilli l’avis du Premier Ministre et celui du Président de l’Assemblée nationale, prononcer, par décret, la dissolution de l’Assemblée nationale. Le décret de dissolution fixe la date du scrutin pour l’élection des députés. Le scrutin a lieu soixante jours au moins et quatre-vingt-dix jours au plus après la date de la publication dudit décret». Aussi, Doudou Wade de demeurer pessimisme quant à l’introduction de la modification. «La modification de l’article 87 telle que prévue par le projet de loi est une CATAS TROPHE. J’ignore les motivations de monsieur le Président de la République et me demande si c’est le professeur Ismaila Madior est le Rédacteur du texte. Avec cette nouvelle rédaction le Président de la république a droit de mort sur l’assemblée nationale. Ainsi, il lui est loisible de dissoudre l’assemblée et d’organiser des élections législatives sans coup férir tous les cent (100) jours», lâche-t il. Cependant, peut-on encore lire dans la note, «pour éviter un tel cas d’école l’amende ment du texte pourrait être adopté pour limiter le pou voir de dissolution. Amende ment: ajouter l’alinéa suivant: il ne peut être procédé à une nouvelle dissolution que Douze mois après ces élections». A noter que ce lundi 17 juillet, les parlementaires sont convoqués en procédure d’urgence pour l’examen de projet de loi modifiant le Code électoral et la Constitution dont l’article 87 fera objet d’une ré vision. 



laissez un commentaire