Votre site d'informations générales !
Ageroute 260124

Un baby-sitter condamné à 707 ans de prison pour des abus sexuels sur 16 garçons

Reconnu coupable d’avoir agressé sexuellement 16 enfants qu’il gardait lorsqu’il était étudiant, un Américain a été condamné à plus de 707 ans de prison. L’homme filmait ses agressions. Des vidéos qui ont permis d’identifier des victimes.
 
Il a sévi pendant cinq ans. Un homme de 34 ans a été condamné ce mois de novembre à 707 ans et huit mois de prison pour avoir agressé sexuellement 16 enfants dont il était le baby-sitter. Les faits se sont produits en Californie (États-Unis), entre 2014 et 2019, lorsque l’accusé était étudiant, indique un communiqué du bureau du procureur du comté d’Orange relayé par RMC Crime .

Appel à témoins pour identifier les victimes
 
Les victimes sont toutes des garçons. Ils étaient âgés de 2 à 12 ans au moment des faits. L’accusé a filmé un grand nombre des agressions qu’il a commises. Il était aussi poursuivi pour avoir montré des images pédopornographiques à une 17e victime.
 
Le trentenaire avait été arrêté en 2019 après que des parents ont dénoncé à la police le comportement du baby-sitter à l’encontre de leur fils de 8 ans. Des investigations ont alors été menées pour trouver d’autres potentielles victimes. Grâce à l’appel à témoins lancé par les enquêteurs et aux vidéos filmées par l’agresseur, plus d’une dizaine d’enfants ont été identifiés.
 
34 chefs d’accusation
 
Durant son procès, l’homme n’a, aucun moment, présenté ses excuses ; bien au contraire. « J’étais fier d’apporter des sourires à vos enfants et tous les bons moments que nous avons partagés étaient 100 % authentiques », a-t-il lancé aux parents des victimes. Des mots impossibles à entendre pour eux. 
 
« Il s’agit d’une affaire d’innocence brisée et d’enfance précieuse qui a été volée à 17 petits garçons », a déclaré le procureur du comté d’Orange. Et d’ajouter : « Ces petits garçons innocents devront vivre avec ces traumatismes, et leurs parents porteront toute leur vie la douleur de savoir qu’ils ont mis leurs précieux enfants entre les mains d’un prédateur parce qu’ils ont cru à ce qu’il disait être. » Le baby-sitter a été reconnu coupable des 34 chefs d’accusation pour lesquels il était poursuivi.
laissez un commentaire