Votre site d'informations générales !

Un chauffeur tué sur la VDN 3 : la receveuse du bus Tata raconte l’horreur

Un chauffeur tué sur la VDN 3 : la receveuse du bus Tata raconte l’horreur

Un bus Tata de la ligne 37 a été attaquée par des individus armés de couteaux et de machettes dans la nuit de samedi à dimanche sur la VDN, à hauteur de Malika Plage. Les assaillants ont tué le chauffeur et emporté la sacoche de la receveuse qui contenait… 30 000 francs CFA.

La victime, Mahécor Ndiaye, a succombé à ses blessures à l’hôpital Dalal Jàmm où il a été évacué. Il a été inhumé ce lundi dans son village natal, Diakhao Sine. D’après Les Échos, qui donne l’information, il était marié et père de trois enfants.

Dans les colonnes du même journal, la receveuse, Astou Dieng, est revenue sur l’attaque. L’agression a eu lieu vers 20 heures. «Les assaillants ont pris d’assaut le bus, rembobine la dame. Quand j’ai crié, Mahécor [qui était descendu pour se soulager, d’après plusieurs médias] est venu voir ce qui se passait. Malheureusement, ils lui ont asséné des coups de machette à la jambe droite. C’est à cause du pantalon qu’il portait et du sang qui coulait que je n’arrivais pas à voir les autres blessures.»

La receveuse de poursuivre : «Les premiers taximen que j’ai eu à arrêter ont pris peur et sont partis en trombe lorsque je leur ai demandé de l’aide en leur signifiant que nous étions agressés. Nous réussirons à embarquer plus tard dans un taxi qui nous a conduits à l’hôpital Dalal Jàmm de Guédiawaye où la victime a été admise. C’est après ça que le taximan m’a déposée au commissariat de Malika Plage où j’ai fait ma déposition. Je suis retournée à l’hôpital le lendemain, mais je n’ai pas réussi à voir Mahécor. C’est aux environs de 8 heures qu’on nous a annoncé son décès.»

Même si elle a été épargnée, Astou Dieng se dit «sous le choc». Elle développe : «Les agresseurs m’avaient juste tenue en respect avec les couteaux et machette qu’ils détenaient pour me demander la sacoche. Celle-ci contenait une somme de 30 000 francs CFA, ma pièce d’identité, la machine à tickets et trois différents badges qui m’appartenaient.»

laissez un commentaire