Votre site d'informations générales !

2 MORTS, 14 BLESSES GRAVES ET 37 ARRESTATIONS DANS LES AFFRONTEMENTS ENTRE POPULATIONS ET FDS Khossanto à feu et à sang !


Le préfet du département de Saraya dans la région de Kédougou a eu tort d’apporter des modifications et de remplacer l’arrêté n° 033/PD/SRY du 16 août 2016 portant création de commission chargée du recrutement locale de la main d’œuvre non qualifiée. C’est du moins du moins ce qui ressort de la réaction des populations de Khossanto et du village de Mama Khono qui ont exprimé leur colère dans la rue en barrant la route reliant Sabodala à Bembou à l’aide de débris de briques, de branches et de troncs d’arbre, bloquant ainsi toute circulation dans la zone. Des manifestants en furie que les forces de défense et de sécurité ont tenté de maitriser par des grenades lacrymogènes et, d’après des sources hospitalières jointes par Aps, par des tirs à balles réelles. Causant des pertes en vies humaines et plusieurs blessés graves. «Les échauffourées entre manifestants et forces de l’ordre ont fait deux morts et plusieurs blessés très graves», informe la même source. Qui relève que des dégâts matériels ont aussi été enregistrés à Khossanto et Mama Khono, où les jeunes ont érigé des barricades pour barrer les principales voies d’accès de Khossanto. Faisant ainsi face aux gendarmes déployés pour rétablir l’ordre. Aussi, l’Infirmier chef de Poste (Icp) de Khossanto de révéler plusieurs blessé graves du côté des manifestants. «Il y a 14 blessés graves. Certains ont été évacués au niveau de l’hôpital régional Amath Dansokho de Kédougou. D’autres sont pris en charge actuellement par le service médical de la société minière Endeavour Mining de Sabodala», a expliqué Abdoul Camara. 

LE MINISTRE DE L’INTÉRIEUR ANNULE L’ARRÊTÉ DU PRÉFET Sur les arrestations, le maire de la commune a indiqué que 37 jeunes manifestants sont entre les mains de la brigade de la gendarmerie de Khossanto. «Les gendarmes continuent d’arrêter les gens jusqu’à chez eux. J’ai demandé à tous de rentrer c’est eux. Mais les ar restations continuent. Ce qui n’est pas normal», a dénoncé Mahamady Sissoko qui a perdu son propre frère dans ces violentes manifestations. Dans cet arrêté à l’origine de la discorde, des correctifs ont été apportés dans la composi tion et le fonctionnement de la commission de recrutement. Ainsi, les autorités administratives qui, jusque-là, jouaient le rôle de coordonnateurs au sein de ces commissions, les président dorénavant. Ce qui n’est pas du goût des jeunes qui perçoivent dans cette décision une mainmise des autorités sur le recrutement. Dans l’ancien arrêté n°033 du 16 août 2016, les chefs de village présidaient les commissions de recrutement de la main-d’œuvre locale et les sous-préfets des arrondissements de Sabodala, Bembou et le préfet du départe ment de Saraya étaient de simples coordonnateurs. L’arrêté du préfet qui est à l’origine des émeutes dans la commune de Khossanto a été tout simplement annulé, de sources proches des autorités locales. Cet arrêté a été abrogé, sur ordre du ministre de l’Intérieur. 



laissez un commentaire