Votre site d'informations générales !

AFFAIRE DES «DIAMANTS QUEBECOIS» La société civile plaide la transparence

Apres l’auto-saisine du procureur de la République dans ce qui est convenu d’appeler le scandale de l’exploration «clandestine» des diamants du Sénégal révélée par l’ex Dg de Ddd lors d’une conférence de presse, des organisations de la société civile, notamment Legs – Africa et le Forum civil, estiment que l’affaire mérite d’être creusée pour situer les responsabilités. «C’est une action posée par un acteur politique qui est candidat à l’élection présidentielle et qui vise également des adversaires politiques et d’autres Sénégalais qui sont dans les affaires. Donc je voudrais juste ramener l’essentiel du combat citoyen que nous menons pour la transparence particulièrement dans la gouvernance des ressources naturelles en Afrique et au Sénégal. Ce que nous pouvons retenir, c’est ce que ce sont des propos assez graves et la seule attente qu’on avait par rapport à ça, c’est que notamment le Procureur qui représente le peuple à ce niveau puisse s’auto-saisir de la question pour situer les responsabilités», a déclaré Elimane Haby Kane, président et Directeur exécutif du think tank panafricain Legs-Africa sur Rfm, hier. Birahim Seck du Forum civil de renchérir: «Le Forum civil suit cette question de très près et quand nous allons terminer notre travail, nous donnerons notre position par rapport à la déclaration du ministre des Mines.» Pour rappel, Me Moussa Diop a été placé en garde à vue le lundi 11 décembre après ses déclarations explosives relatives à un contrat nébuleux d’exploitation d’une mine de diamants dans le Nord du Sénégal qui impliquerait le Président Macky Sall, l’homme d’affaires, Jean-Claude Mimran, son bras droit, Mamadou Diagna Ndiaye, et l’ancien ministre des mines d’alors, Aly Ngouille Ndiaye. L’ancien directeur général de Dakar dem dikk, est poursuivi pour actes de nature à jeter le discrédit sur les institutions de la République et diffusion de fausses nouvelles.

laissez un commentaire