Votre site d'informations générales !

AFRIQUE : En Tunisie, «les autorités laissent dépérir des centaines de migrants»


Pour la première fois de son histoire, le pays est visé par une plainte de l’Organisation mondiale contre la torture pour le traitement inhumain imposé aux migrants parqués à la frontière avec la Libye. L’explosion de xénophobie dans la région de Sfax (Centre Est) et le rejet violent des migrants subsahariens ont donné lieu à des scènes extrêmes jusque-là inimaginables dans le pays qui, durant la pandémie de Covid, avait montré une extraordinaire solidarité avec cette même communauté. Il a suffi d’un discours présidentiel stigmatisant une horde qui avait pour projet criminel de « métamorphoser la composition démographique de la Tunisie » pour que le pays soit plongé dans une crise sans précédent. Les autorités ont réagi par la répression en déportant cer tains des migrants arrêtés vers les zones frontalières avec la Libye et l’Algérie. 

Prise dans un tourbillon d’intox, l’opinion a d’abord eu du mal à croire aux exactions subies par les migrants et à l’authenticité des vidéos les montrant perdus sous le soleil, dans des conditions épouvantables et inhumaines. Elle a dû se rendre à l’évidence et admettre une tragique escalade dans l’insoutenable. En se débarrassant d’êtres humains dans le désert, la Tunisie a provoqué un opprobre international sans pareil. Un crime de masse selon, Hélène Legeay, directrice juridique l’Organisation mondiale contre la torture Tunisie (OMCT), qui a travaillé à la saisine adressée aux Nations unies qui confirme le drame qui se joue à la frontière. 



laissez un commentaire