Votre site d'informations générales !

APRES LE DECES D’ALPHA YORO TOUNKARA A L’UGB Le SAES déplore « une mort de trop » et exige que lumière soit faite


Venus s’enquérir de la situation, suite au décès d’Alpha Yéro Toun kara à l’université Gaston Berger lors des derniers affrontements entre les étudiants et les Forces de Défense et de Sécurité, le secrétaire général du syndicat auto nome de l’enseignement supérieur (SAES) et sa délégation ont marqué leur indignation et condamné ces faits qui se répè tent. Dans la foulée, le secrétaire général David Célestin Faye, qui a fait face à la presse, s’est désolé de « cette violence répétée, banalisée et récurrente » envers les étudiants. Regrettant le décès d’Alpha Yoro Tounkara qui selon lui est une mort de trop, les émissaires du SyndicatAutonome de l’Enseignement Supérieur n’ont pas manqué de rappeler qu’ « il y’a à peine six ans, un étudiant est tombé à l’ Ugb et que l’enquête, jusqu’ici, n’a pas été élucidée ». Raison pour laquelle ils exigent cette fois ci « que la lumière et toute la lumière soit faite sur cette mort » a-t-il clamé. Entouré de ses collègues enseignants, le secrétaire général du SAES de poursuivre, en ces termes : « des morts, y en a eu, y en aura encore. Mais pourqu’il y en ait plus à l’ Université, il faudrait que l’État assume ses responsabi lités. L’ Université est un lieu de production et de distribution de Savoir. Ce n’est pas un lieu où on doit décerner un diplôme qui se rait la mort des étudiants » a-t-il laissé entendre. Visiblement préoccupé par la situation dans laquelle baigne, présentement, l’ Université Gaston Berger, David Célestin Faye a de mandé aux différentes parties à travailler à pacifier l’espace universitaire tout en plaidant pour la sérénité et l’apaisement. « L’ État doit montrer la voie. Il faudrait que les marches soit pa cifiées et encadrées. La répression et les interdictions à tout-va ne peuvent pas empêcher les popula tions de s’exprimer.Ilfaudrait que l’État prenne ses responsabilités » souhaite-il. Avant d’ajouter que le SAES reste sur les principes et de mande que les franchises universitaires soient respectées et que la violence envers les étudiants puis sent s’arrêter. En terminant son face à face avec les hommes de media, David Céles tin Faye a précisé que « le Saes est foncièrement contre l’idée de fermeture de l’ Ugb, qui est agitée. Nous avons vécu ça à l’ Ucad. L’ Ugb est entrain de finir l’année 2022/23. Il y a les bacheliers de 2023 qui attendent. Dans 4 mois, nous aurons les bacheliers de 2024. Si l’État prend la responsabilité de fermer l’Ugb, il décide de lui-même que l’année sera blanche. Les enseignants sont motivés et décidés pour rattraper l’année. Il faudrait que L’ État puisse s’en tendre avec les étudiants et ac compagner l’université pour que l’on puisse finir l’année avec les nouveaux bacheliers ». A-t-il conclu 



laissez un commentaire