Votre site d'informations générales !

APRES SA « BROUILLE » AVEC L’OMVS : La junte guinéenne envoie un message clair aux autres pays membres


La Guinée a suspendu sa participation à l’Organisation de la mise en valeur du fleuve Séné gal (OMVS) mardi dernier. La junte déplore «le retard considérable dans le financement du barrage hydroélectrique de Koukoutamba, dans la sous préfecture de Tougué, région de Labé». Elle fustige aussi la sous-représentativité de la Guinée au sein des «instances de décision de l’OMVS». 

«On ne peut pas maintenir les ressources de notre pays à l’état de projet pendant 20 ans…» Hier jeudi 20 juillet, lors d’une conférence de presse, le porte-parole du gouvernement, Ousmane Gaoual Diallo, a envoyé un message clair aux autres pays membres de l’organisation sous-régionale. «Si l’OMVS a besoin de notre énergie, elle doit mettre l’argent sur la table et faire en sorte que la Guinée jouisse de ses res sources naturelles». «On ne peut pas maintenir les ressources de notre pays à l’état de projet pendant 20 ou 30 ans. Nous avons des besoins énergétiques et c’est une richesse pour notre pays (…) On demande aux pays un finance ment qui tourne autour de 150 à 200 millions de dollars. S’ils ne sont pas capables de mettre la main à la poche, la Guinée prendra ses responsabilités», a-t-il poursuivi. Au cours du Conseil des mi nistres d’hier jeudi, le président de la transition Mamadi Doum bouya a instruit le «Premier ministre et le ministre de l’Energie (aux fins) de rechercher des sources de financement pour que l’on puisse, nous-mêmes, conduire le pro jet pour répondre aux attentes exclusives des Guinéens et que le barrage soit déclaré donc d’utilité publique pour notre pays. Cela veut dire que les di mensionnements anciens pour l’OMVS sont abandonnés et le barrage va être développé pour les besoins de la Guinée», a fait savoir le porte-parole du gou vernement. Le pays est visiblement décidé à réaliser le barrage de Koukoutamba, sur fonds propres. Rappelons que l’OMVS réunit la Guinée, le Sénégal, le Mali, la Guinée et la Mauritanie. 



laissez un commentaire