Votre site d'informations générales !

COMBAT CONTRE L’EXCISION L’actrice de «Maalodé» d’Ousmane Sembène revient sur son rôle


«Maalodé», film long métrage de Ousmane Sembene qui décrit la problématique de l’excision est toujours capté par son actrice principale, Fatoumata Coulibaly. Ecrit par le cinéaste sénégalais Ousmane Sembène, décédé le 09 juin 2007, celle qui avait incarné le rôle de « Collé Ardo », est reve nue sur son rôle et son combat contre l’excision, 20 ans après de sa sortie. Un rôle qu’elle a parfaitement mémorisé. Ainsi, Mme Coulibaly s’est remémo rée de la séquence de baston nade incontournable dans le film, lorsque son mari a été obligé de la fouetter publique ment pour exorciser son refus de livrer quatre jeunes filles que la communauté voulait ex ciser. « Lors du tournage, Sembene a donné le fouet à mon époux dans le film en me chuchotant à l’oreille ça va faire mal, mais c’est le prix à payer si on veut faire un bon film » a t-elle expliqué. Elle a signalé aussi que Gimba, l’acteur in carnant le griot dans le film, avait supplié en vain le réalisa teur d’être fouetté à sa place, quitte à faire les retouches né cessaires au moment du mon tage. 

Revenant sur le thème du film portant sur l’excision, Fatoumata confie avoir vécue une partie de l’histoire car elle a été excisée dans sa tendre enfance. Une des raisons qui a multiplié son envie d’incarner le person nage de Collé Ardo et a porté son combat contre ce fléau. « C’est un personnage et en même temps un combat puisque les deux sont liés. J’ai été excisée contre la volonté de mon père, un ancien combat tant qui a été contraint de céder face à la pression de la famille au sens large » a-t-elle rappelé. Ajoutant que durant cette période difficile de sa vie enveloppée par l’innocence de son enfance, il lui resté que les paroles de son père comme ré confort. « Ma fille, je n’y peux rien c’est, la tradition, mais tu verras dans quelques années cette pratique sera abandonnée » a-t-elle raconté. Ainsi son combat contre l’excision prend forme. « J’ai compris ce que mon papa voulait me faire comprendre, plus tard, lorsque j’ai commencé à voir des petites mourir des suites d’hémorragies causées par l’excision » a fait savoir Fatoumata, celle qui a presque consacré une partie de sa vie à faire des reportages pour conscientiser les communautés sur les dangers de ce pratique. « J’ai commencé de puis un bon moment à mener ce combat contre l’excision. Le fait que Sembène me choisisse comme actrice principale de son film ne pouvait que me ravir » a-t-elle confié.

 

      AISSATOU SOW 



laissez un commentaire