Votre site d'informations générales !

Le projet « Accès à l’État civil, avec approche genre, et à une vie libre de violences lancé à Dakar

Au cours des dernières années, des progrès importants ont été notés dans le développement et la consolidation du système d’état civil au Sénégal en l’occurrence,  l’amélioration du cadre normatif de l’état civil (instruction générale de l’état civil, manuel des procédures administratives et financières de l’état civil, règlement intérieur de l’état civil, la redynamisation du comité national de l’état civil , l’automatisation de la gestion de quelques centres d’état civil à l’image de Médina Gounass, Tambacounda et Fatick, la communalisation intégrale avec l’érection des centres ruraux en centres principaux urbains, la mise en œuvre du PAMEC, avec la mise en place de son dispositif de pilotage et de suivi opérationnel entre autres.

C’est dans ce cadre que  le Réseau Siggil Jigeen (RSJ) et son partenaire espagnole Xarxa de Consum Solidari, avec l’appui financier de la mairie de Barcelone ont mis en œuvre le Projet « Accès à l’État civil, avec approche genre, et à une vie libre de violences à Dakar, Sénégal.», un programme qui est lancé dans la capitale sénégalaise.

Cette intervention cibles les communes de Cambérène, Guinaw Rails Sud et Rufisque Est avec une participation synergique et inclusive des parties prenantes notamment, les conseillères et conseillers municipaux,  les services techniques communaux, les organisations de femmes, les associations de jeunes, les organisations de la société civiles en somme tous les acteurs concernés au niveau local a-t-on noté

L’ambition pour les acteurs est de faciliter l’appropriation du projet par les différentes parties prenantes.

Le Sénégal s’est engagé dans un nouveau modèle de développement à travers le Plan Sénégal Emergent (PSE) qui constitue le référentiel de la politique économique et sociale jusqu’en 2035. Il met l’accent sur la création de richesses et d’emplois, le renforcement de la gouvernance, le développement des secteurs stratégiques ayant des impacts significatifs sur l’amélioration du bien-être des populations particulièrement à travers la protection des groupes vulnérables et la garantie de l’accès aux services essentiels.

L’enregistrement à l’état civil, une priorité du gouvernement sénégalais

Depuis la première Conférence des Ministres chargés de l’état civil, tenue les 13 et 14 Août 2010, à Addis-Abeba en Ethiopie, l’amélioration des systèmes d’enregistrement des faits d’état civil et d’établissement des statistiques d’état civil est apparue en bonne place dans les priorités du Gouvernement du Sénégal. Un système d’enregistrement des faits d’état civil universel et correctement géré constitue la meilleure source d’information sur les principaux faits d’état civil à des fins administratives, démographiques et épidémiologiques.

Ainsi, l’enregistrement des naissances des enfants est perçu par les parties prenantes comme  une étape cruciale pour leur protection tout au long de la vie. Le droit d’un enfant à l’enregistrement de sa naissance, à un nom et à une nationalité est inscrit dans le droit international par le biais de la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE) et d’autres traités.

L’’inscription continue, permanente et universelle au registre d’état civil, des naissances et des informations les concernant en conformité avec les dispositions légales d’un pays est une preuve permanente et officielle de l’existence d’un enfant. Il fait partie intégrante d’un système d’enregistrement des faits d’état civil efficace qui reconnaît l’existence de la personne devant la loi, établit une filiation et permet le suivi des évènements majeurs de l‘existence d’un individu, de sa naissance, son mariage jusqu’à son décès a-t-on révélé .

Le Sénégal consacre des efforts considérables à l’amélioration de la délivrance des documents d’identité, notamment l’enregistrement des naissances et l’établissement des actes de naissance.

laissez un commentaire