Votre site d'informations générales !

ME SIDIKI KABA, MINISTRE DES FORCES ARMÉES «Aucun Etat pris isolément ne peut faire face aux défis sécuritaires émergents»

« Enjeux et défis pour une sécurité collective effective en Afrique de l’Ouest : quelles solutions ? » Tel est le thème du Colloque international célébrant les dix ans du Centre des Hautes Etudes de Défense et de Sécurité (Cheds), présidé, hier, par le ministre des Forces Armées Sidiki Kaba. Un thème qui, selon lui, cadre à souhait avec le contexte géostratégique actuel, et permet de dresser un bilan de l’effectivité des mécanismes de paix et de sécurité collective en Afrique de l’Ouest, au regard des défis contemporains. A son avis, le thème de colloque est d’une actualité brûlante et interpelle chacun. « La tenue de ce Colloque nous offre l’occasion de réfléchir et de conjuguer nos efforts pour répondre aux défis majeurs aux quels l’Afrique de l’Ouest est confrontée : défis de sécurité, de stabilité, de consolidation des institutions et de promotion de la démocratie », a déclaré Sidiki Kaba. Avant d’ajouter : « face à cette violence quasi structurelle et évolutive, la seule réponse militaire ne saurait suffire. A l’évidence, une stratégie plus inclusive intégrant les divers leviers de la sécurité humaine s’impose. Par ailleurs, aucun Etat pris isolément ne peut faire face aux défis sécuritaires émer gents ». En outre, il a indiqué que ce colloque sera l’occasion de porter la réflexion sur le rôle et les capacités de la CEDEAO comme pilier majeur de la sécurité collective en Afrique de l’Ouest. « J’ai l’assurance que ce Colloque marquera un tournant dans la construction et le soutien de la sécurité en Afrique de l’Ouest. Une sécurité effective, conçue comme un système in clusif de coopération entre les Etats et les partenaires. Un sys tème qui adhère à l’Etat de droit et à la démocratie », a-t-il sou tenu, renseignant que le col loque de cette année réunira ainsi 200 participants, dont une vingtaine d’invités venus de l’ex térieur. Il s’agit d’universitaires, de membres des FDS, des organisations de la société civile, des associations de jeunes, de femmes, des autorités traditionnelles, des dignitaires religieux, et des partenaires institutionnels du CHEDS. Au cours des travaux en plénières comme en ateliers, il est attendu des conférenciers et des participants parmi lesquels figurent des autorités civiles et militaires, des experts reconnus, des théoriciens et des acteurs du terrain.



laissez un commentaire