Votre site d'informations générales !

MORT DE AMETH TAYA À PIKINE La DIC ouvre une enquête

 

La police a tenu à apporter des éclairages sur l’incident survenu ce mercredi 27 mars à Pikine au cours duquel le jeune Seydina Mouhamed Diop, plus connu sous l’appellation de Ameth Taya a perdu la vie. Par le biais de son Bureau des Relations Publiques (BRP), la police a expliqué que tout est partie d’une intervention concernant la consommation et le trafic de chanvre indien. « En effet, le 19 mars 2024, aux en virons de 19 heures, les agents de la brigade de recherche du commissariat de Pikine ont reçu une information faisant état de ce qu’un groupe d’individus s’adonnait à la consommation et à un trafic de chanvre indien dans un domicile sis au quartier Darou », explique la note parvenue au Grand Panel Quotidien ce jeudi 28 mars. 

Le BRP précise que le transport sur les lieux a permis de constater l’infraction dénoncée par la découverte du produit prohibé. Les agents ont été confrontés à une résistance violente de la part des personnes impliquées, ce qui a entraîné des affrontements. « Après [qu’ils ont] décliné leur identité, les policiers se sont vu opposer une farouche résistance par les mis en cause. Il s’en est suivi une rude bagarre avant que les fonctionnaires de police ne réussissent à maîtriser deux d’entre eux. L’autre membre de la bande, bien connu des services de police pour des faits similaires, a réussi à s’enfuir », affirment les forces de l’ordre. Ce n’est pas tout ! Comme dans les films, au moment de conduire les présumés coupables au commissariat, à hauteur de « Bountou Pikine», un groupe d’individus s’est attaqué au véhicule de police pour tenter de libérer en vain les per sonnes interpellées, selon les informations de la police. « Arrivés au service, les interpellés ont exprimé le besoin de se faire consulter par un médecin. C’est ainsi que sur réquisi tion, ils ont été pris en charge au Centre de santé Dominique » de Pikine, poursuit le communiqué. 

Après les premiers soins, le médecin traitant a requis le transfèrement de l’un d’eux, un nommé Seydina Mouhamed Diop dit Ameth Taya, qui pré sentait des difficultés respira toires. À en croire la police, avec l’appui des sapeurs-pompiers, ce dernier a été acheminé et admis à l’hôpital Principal de Dakar où son décès est survenu dans la nuit du 24 au 25 mars 2024. Suite à cette tragédie, en ac cord avec le parquet compétent, un médecin légiste a été requis pour les besoins de l’autopsie. Laquelle révèle que le décès de « Ameth Taya » est dû aux com plications métaboliques et hé modynamique d’un polytraumatisme avec fractures déplacées des arcs postérieurs de la 4e et 9e côtes, à des contu sions pulmonaires, une hémor ragique importante de la région fessière et un traumatisme du coude gauche. 

Aux fins de déterminer les circonstances exactes du décès, la Division des Investigations Criminelles (DIC) a été saisie pour l’ouverture d’une enquête. Pour rappel, la situation à Pikine était extrêmement tendue entre les policiers et les jeunes à cause du décès de Seydina Mouhamed Diop. Des témoignages indiquent que plusieurs jeunes ont été interpellés et maltraités par la po lice. Initialement, la police recherchait un jeune nommé Ndéné et lorsqu’ils sont intervenus dans une maison au quartier Darou à Icotaf, Le jeune Taya et ses trois amis ont été interpellés. Selon le frère de la victime, tout ce beau monde a été transféré à l’Arène Nationale sise au Tech nopole de Pikine. Mais, l’un d’entre eux s’est enfui et les autres ont été tabassés par les agents de police avant d’être conduits successivement aux hôpitaux Domi nique, Dalal Diam, Hôpital Idrissa Pouye jusqu’à l’hôpital Principal où le nommé Mouha med Diop dit « Ameth Taya » a succombé à ses blessures. Après son inhumation, ses amis ont attaqué le commissariat de police. Chassé par les po liciers, ils ont cassé et brûlé des véhicules dont un bus Dakar Dem Dikk et un véhicule particulier. La colère des jeunes semble être dirigée contre ce qu’ils perçoivent comme une injustice dans le traitement par la police de leur communauté. 

 

Penda THIAM 



laissez un commentaire