Votre site d'informations générales !

Netanyahu fait face à la pression de toutes parts alors que les espoirs d’un accord sur les otages augmentent.

CNN Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le Hamas ne sont pas souvent d'accord. Cependant, il y a deux points sur lesquels ils convergent : premièrement, ils rejettent tous deux une solution à deux États ; et deuxièmement, en ce qui concerne un accord pour ramener les plus de 100 otages que le Hamas a enlevés le 7 octobre, les deux parties veulent le beurre et l'argent du beurre.

Le Hamas exige le retrait de toutes les troupes israéliennes de Gaza et la libération d’un grand nombre de prisonniers palestiniens détenus dans les prisons israéliennes. Netanyahu a répondu mardi : « Nous ne retirerons pas les Forces de Défense Israéliennes de la bande de Gaza, et nous ne libérerons pas des milliers de terroristes. Rien de tout cela n’arrivera. Que va-t-il se passer ? Une victoire totale. »

Les deux parties risquent probablement d’être déçues. Les négociateurs auraient convenu d’un « cadre » pour un accord. La première phase verrait une pause de six semaines dans les combats, au cours de laquelle des otages civils seraient libérés ; trois prisonniers palestiniens seraient libérés pour chaque otage. Un ratio plus élevé serait appliqué dans les phases ultérieures, lorsque des soldats des Forces de Défense Israéliennes (IDF) et les corps des otages décédés seraient libérés, peut-être aux côtés d’une trêve plus longue.

laissez un commentaire