Votre site d'informations générales !

PLUS DE 100 ENSEIGNANTS DETENUS ENREGISTRES Le Cusems Thiès exige leur libération

Après les évènements du mois de juin courant, «plus de 100 enseignants» croupissent dans les prisons du pays. C’est la révélation faite par le secrétaire général adjoint du conseil syndical départemental du Cadre unitaire des syndicats du moyen secondaire (Cusems) de Thiès. Non sans exiger leur libération au risque de perturber l’année scolaire. «Les articles de la Constitution qui consacrent les libertés syndicales sont les mêmes que ceux qui [garantissent] les libertés politiques», a rappelé Mamadou Ndiaye face à la presse, hier. Et d’avertir: «Il est hors de question qu’on démarre les cours alors qu’il y a des enseignants qui sont encore en prison». D’après lui, il s’agira de bloquer les enseignements dans les lycées et collèges détenus si les enseignants et élèves, détenus dans les prisons, ne sont pas libérés. Le syndicaliste, qui s’exprimait en la présence d’autres collègues et camarades dont le secrétaire général régional du Cusems, a interpellé les associations de parents d’élèves pour qu’elles réagissent «le plus tôt possible». Aussi, la section départementale du Cadre unitaire des syndicats du moyen secondaire (Cusems) de Thiès n’a pas manqué de dénoncer l’arrestation de leur collègue Yaya Coly, professeur de Français au lycée Malick Sy depuis avant la Tabaski. «On ne peut pas arrêter quelqu’un parce qu’il exerce une liberté fondamentale consacrée par la Constitution du Sénégal, peu importe qu’elle soit une liberté politique ou syndicale. Les syndicats, tout comme les partis politiques sont des associations», a encore décrié Mamadou Ndiaye. Qui ajoute: «Nous avons constaté qu’il n’y a aucun motif valable qui lui a été reproché». Relevant qu’il a été arrêté en dehors des manifestations, alors qu’il était à bord du véhicule du député de l’ex-Pastef, Bakary Diédhiou, dont le chauffeur a été arrêté en même temps que lui. Ils étaient en compagnie d’un député du Parti de l’unité et du rassemblement (Pur) du guide religieux Moustapha Sy, selon lui.

laissez un commentaire