Votre site d'informations générales !

REINTEGRATION DU LEADER DE L’EX-PASTEF SUR LES LISTES ELECTORALES L’AJE JOUE SUR LES DELAIS ?

Alors que le dépôt des dossiers de candidature prend fin ce mardi à minuit, l’Agent judiciaire de l’Etat bouge enfin ! Emedia a appris que Yoro Moussa Diallo et son équipe sont à l’instant même au Greffe du Tribunal d’instance de Dakar pour déposer le pourvoi en cassation contre la décision de cette juridiction annulant la radiation de Sonko des listes électorales et ordonnant sa réintégration. L’Aje avait dix jours pour se pourvoir. Après réception du pourvoi, la Cour suprême va statuer en chambres réunies. C’est la dernière carte de l’opposant dans cette affaire de radiation. Mais qui ne devrait pas remettre en cause le processus. Le leader de l’ex-Pastef a déposé, lundi, sa candidature au Conseil constitutionnel sans ses listes de parrainages et l’attestation de la Cdc pour sa caution.

Appelons qu’un juge a ordonné, le jeudi 14 décembre à Dakar, la réintégration sur les listes électorales de l’opposant emprisonné, relançant sa candidature à la présidentielle de février 2024. Ce magistrat avait confirmé un jugement rendu en octobre qui avait été cassé par la Cour suprême mi-novembre. Cette décision remet dans la course l’opposant qui avait été radié des listes après avoir été condamné à deux ans de prison en juin dans une affaire de mœurs.

 

Alors que le dépôt des dossiers de candidature prend fin ce mardi à minuit, l’Agent judiciaire de l’Etat bouge enfin ! Emedia a appris que Yoro Moussa Diallo et son équipe sont à l’instant même au Greffe du Tribunal d’instance de Dakar pour déposer le pourvoi en cassation contre la décision de cette juridiction annulant la radiation de Sonko des listes électorales et ordonnant sa réintégration. L’Aje avait dix jours pour se pourvoir. Après réception du pourvoi, la Cour suprême va statuer en chambres réunies. C’est la dernière carte de l’opposant dans cette affaire de radiation. Mais qui ne devrait pas remettre en cause le processus. Le leader de l’ex-Pastef a déposé, lundi, sa candidature au Conseil constitutionnel sans ses listes de parrainages et l’attestation de la Cdc pour sa caution.

Appelons qu’un juge a ordonné, le jeudi 14 décembre à Dakar, la réintégration sur les listes électorales de l’opposant emprisonné, relançant sa candidature à la présidentielle de février 2024. Ce magistrat avait confirmé un jugement rendu en octobre qui avait été cassé par la Cour suprême mi-novembre. Cette décision remet dans la course l’opposant qui avait été radié des listes après avoir été condamné à deux ans de prison en juin dans une affaire de mœurs.




laissez un commentaire