Votre site d'informations générales !

Sénégal : Ousmane Séne et Ibrahima Bakhoum alertent sur une crise institutionnelle

Des experts ou analystes politiques se sont prononcés sur cette polémique qui tourne autour de la déclaration de politique générale du Premier Ministre et du « Gasta Gasta » qui en a découlé dernièrement à l’assemblée nationale. Un différend entre le parlement et l’exécutif qui fait partie donc de la démocratie ou même de la vie démocratique. Selon Ousmane Sene du WARC, il faudra limiter les casses pour ne tomber dans une crise institutionnelle qui ne serait pas profitable au Sénégal.

Le bureau de l’Assemblée Nationale met son veto au débat d’orientation budgétaire. Une posture compréhensible mais il y avait mieux à faire c’est l’avis d’Ibrahima Bakhoum qui était invité dans l’émission Remue Ménage sur Rfm. « Il y auraient pu effectivement écouter le ministre du budget et du finance parler et de lire son orientation budgétaire et le premier ministre viendrai ensuite confirmer éventuellement. Mais en ce moment on va dire qu’ils veulent mettre les charrires avant les boeufs », a souligné le journaliste.

Pour Ibrahima Bakhoum également qui a donné son point de vue dans l’émission Remue Ménage suite aux faits qui sont déroulé à l’Assemblée Nationale, a déploré souligné par ailleurs le comportement des députés du groupe parlementaire de Benno Bokk Yaakar, majoritaires à l’assemblée nationale, envers le ministre des finances et du budget, indiquant que ces derniers auraient pu au moins écouter Cheikh Diba. “Il faut écouter d’abord le premier ministre donner globalement l’orientation générale et maintenant les orientations séquentielles dont les finances font partie”, a-t-il dit

Des propos que partagent le directeur du Centre de recherches ouest africain (Croa-Warc) African Ousmane Séne, qui estime que l’exécutif et le législatif sont dans un tiraillement tout sauf une crise institutionnelle avertit « C’est tout a fait normal mais il faudrait savoir limiter ça pour qu’on entre pas dans une crise institutionnelle qui ne serai pas la bienvenue particulièrement à ce moment où le Sénégal s’apprête à exploiter son pétrole et son gaz les barils vont venir. Donc il y a un autre visage du Sénégal, un visage de paix où il y à beaucoup de sage savent prendre des bonnes décisions. C’est cette image du Sénégal la qu’on devrait consolider mais pas autre chose », a-t-il déclaré.

Selon lui, la solution c’est de revoir le règlement intérieur de l’assemblée nationale pour permettre au premier ministre Ousmane Sonko de faire sa Déclaration de Politique Générale.

laissez un commentaire