Votre site d'informations générales !
Ageroute 260124

SOUPÇON DE CORRUPTION AU CONSEIL CONSTITUTIONNEL Cheikh Tidiane Gadio invite les juges incriminés à s’expliquer


Face à la «violation» fla grante de la loi électorale, à celle des nombreuses dérives notées dans l’étape de contrôle du parrainage, la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire est plus qu’une nécessité. C’est du moins l’in time conviction du député et candidat recalé de Luy diote diotna qui a estimé, hier à l’émission «Jury du dimanche» sur iRadio, que juges de cette juridiction ne sont pas exempts de reproche. «Je regrette le mauvais comportement des soi disant juges de notre parrainage et je les invite à s’expliquer devant les Sénégalais», a d’emblée soutenu. 

Cheikh Tidiane Gadio. Qui ajoute: «Je sais qu’ils ne le fe ront pas». Relevant, tout de même, «beaucoup de manquements, il y a même des violations ouvertes de la loi». «Les membres du Conseil constitutionnel emportent la responsabilité morale, ils emportent la responsabilité tout court, parce que je ne sais pas, encore une fois, qui est le fauteur de trouble, qui est le manipulateur en chef de ce qui s’est passé. Ce que je sais, c’est que les sept sages ont pris le soin de signer chaque page de leur décision pour montrer que cette décision les engage. Plus grave, j’ai vu des passages où les sages décident d’être des spécialistes de l’informatique et ça aussi c’est ahurissant», a encore dénoncé Cheikh Tidiane Gadio. Sur le fait que les décisions du Conseil constitutionnel ne peu vent faire l’objet d’aucun re cours, M. Gadio se demande si les juges sont des gens infailli bles. Et d’expliquer: «Est-ce que ce sont des gens qui donnent des paroles quasi divines, ou coraniques, ou bibliques ? Ça n’a aucun sens. Il faut dimi nuer le pouvoir exorbitant du Conseil constitutionnel. Il faut arrêter cette histoire de parrai nage. Il faut même suspendre le processus par lequel nous avons été injustement traités». 

L’invité du «Jury du di manche» juge, par ailleurs, que le nombre de candidats à l’élection présidentielle élevé. «Le Sénégal a besoin d’un filtre. Il n’est pas commode d’aller aux élections avec 200 candidats. Même avec 20 candidats, c’est excessif. C’est un fiasco», dira t-il. 



laissez un commentaire