Votre site d'informations générales !
Ageroute 260124

USAGE EXCESSIF DE LA FORCE CONTRE DES MANIFESTANTS A NGOR Amnesty International dénonce et appelle à l’ouverture d’une enquête

«Amnesty International dénonce l’usage excessif de la force par la gendarmerie à Ngor, lors de la journée du 9 mai et durant les manifestations précédentes dans ce quartier. Amnesty International rappelle que, conformément au droit international, l’usage de la force lors du maintien de l’ordre doit être strictement nécessaire et proportionnel, et que l’utilisation des armes à feu est interdite sauf en cas de danger imminent de mort ou blessure grave», a réagi Ousmane Diallo, chercheur au bureau régional d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre.
Revenant sur la mort de la jeune fille de 15ans et les affrontements entre les forces de l’ordre et des habitants du quartier Ngor à Dakar, Amnesty International dit avoir visionné des vidéos qui sont assez explicites sur les violences notées.

«Depuis mi avril, des habitants de Ngor manifestent à propos de l’utilisation d’un domaine foncier. Amnesty International a visionné plusieurs vidéos et images où l’on voit des gendarmes faire preuve d’usage excessif de la force contre des manifestants, tirant par balles dans leur direction, et tirant des grenades lacrymogènes dans des endroits clos. Dans certaines vidéos, les gendarmes peuvent être vus en train de frapper des personnes arrêtées et menottées, ou en train d’utiliser des individus comme boucliers humains pour progresser dans un quartier où la mobilité a été entravée par plusieurs barricades», a encore dénoncé M. Diallo.

Avant d’interpeler les autorités compétentes pour l’ouverture d’une enquête sur «l’usage des armes létales par les forces de l’ordre à Ngor ce 9 mai et lors de précédents incidents. Les autorités doivent notamment poursuivre et juger les responsables de la mort de 14 personnes dont 12 per sonnes tuées par des tirs des forces de sécurité lors de manifestations de mars 2011».

Pour rappel, l’origine des manifestations découle d’un conflit foncier autour de l’utilisation d’un domaine de 6300 m2 dans la commune de Ngor. Alors que les habitants désirent y bâtir un lycée, les autorités ont le projet d’y ériger une caserne de gendarmerie. «Le 9 mai, le quartier de Ngor a été bouclé au matin par les gendarmes qui limitaient tout accès, et toute sortie pour les habitants. Au cours de cette journée, les gendarmes ont procédé à des tirs par balles sur des manifestants, selon des témoignages recueillis par Amnesty International et des vi déos visionnées.

Selon des témoignages, une adolescente de 15 ans a été tuée par balle alors que les autorités ont annoncé qu’elle aurait été touchée à la tête par l’hélice d’un moteur d’une pirogue», a conclu l’organisation non gouverne mentale.

laissez un commentaire