Votre site d'informations générales !

VENTE ILLÉGALE DE RENDEZ-VOUS SCHENGEN : Le préfet interdit la marche du collectif des dépositaires

Le Collectif des dépositaires des rendez-vous Schengen a voulu organiser une rencontre ce jeudi pour dénoncer la vente illégale de ces rendez-vous Schengen. Mais le préfet de Dakar n’a pas voulu autoriser la marche, évoquant des raisons de trouble à l’ordre publique. Selon les initiateurs, ces rendez-vous peuvent coûter entre deux cent (200) ou quatre cent mille (400) francs CFA ce qui est illégal et injuste. Ainsi ils interpellent les autorités sur cette situation.

Le collectif, qui a vu sa marche, initialement prévue ce jeudi 02 mai à Dakar, interdite par le préfet, a toutefois dénoncé la vente illégale de ces rendez-vous dans les pays tels que la France, le Portugal, l’Espagne etc.

A en croire Fatou Kiné Diouf l’une des membres du collectif, le préfet a donné comme motif, le jour choisi était un jour ouvrable et aussi la marche pourrait amener des « troubles à l’ordre publique ». Selon Fatou Kiné, ils avaient juste prévu une marche pacifique pour dénoncer l’injustice et illégalité sur les ventes des rendez-vous Schengen. « On a constaté que depuis un certain temps les rendez-vous Schengen pratiquement en France, Portugal, Espagne on nous les vends à des prix exorbitants voir deux cent jusqu’à même quatre cent mille. Et des fois on peut même avoir le rendez-vous mais arriver au niveau de l’agence qui se trouve à Colobane on vous dit que le rendez-vous n’est pas bon. Donc là, tu risques de perdre tes quatre cent milles », a expliqué Fatou Kiné Diouf.

Elle a souligné également que dans les normes normales, le prix du rendez-vous est entre vingt milles (20 000) ou vingt-huit milles (28 000) et doit se tenir même en ligne. Mais de nos jours il est tellement difficile voir rare t’en trouver. Et l’objectif du collectif était de lutter contre cette situation frauduleuse. « Le but de notre objectif par rapport au collectif c’était de lutter contre cette vente illégale. Qui n’est pas du tout normal et c’est dans ce cadre-làqu’on voulait organiser notre marche pour véhiculer notre message. Nous alertons également les nouvelles autorités pour qu’ils agissent sur la situation », a-t-elle déclaré.

laissez un commentaire