Votre site d'informations générales !

ABDOULAYE BALDÉ, DG APIX SUR LE FORUM INVEST IN SENEGAL “Nous sommes déjà très satisfaits du bilan”


Lancé hier par le Président Macky Sall, le Forum Invest in Sénégal se poursuit au Centre international de conférence Abdou Diouf de Diamniadio (Cicad). Le Directeur général de l’Agence pour la promotion des investissements et des grands travaux (Apix), Abdou laye Baldé, tire un bilan satisfaisant, évoquant un “record” en termes de participation, et de qualité des échanges, entre autres objectifs fixés. 

“UNE PARTICIPATION MASSIVE ET DE QUALITÉ” 

De ce point de vue, a-t-il ap précié, face à la presse, “nous attendions entre 2000 et 2500 personnes. Nous sommes plus de 3000 participants. Ce qui constitue un record.” Il ajoute qu’en termes de “participation de qualité, nous nous sommes rendus compte aussi que nous avions de grands leaders de la scène internationale, africaine et locale. Nous tournons autour de 52% de grands décideurs, qui sont venus.” Abdoulaye Baldé de poursuivre : “En termes de répartition géographique, si nous prenons le secteur privé, nous sommes à près de 52% pour ceux qui viennent de l’Afrique, de l’Europe ou du Sénégal.” Par conséquent, dit-il : “Nous sommes très contents et nous avons aussi une participation de 73 pays alors qu’on en attendait moins.” 

pub artp header

Il considère que “sur ces deux objectifs, nous avons atteint des résultats satisfaisants. En suite, a-t-il relevé pour s’en fé liciter : “Nous avons eu des débats de qualité. Des échanges importants sont en train de se dérouler. C’est des rencontres sectorielles où les différentes agences et structures de l’Etat sont en train de présenter leurs projets. Les investisseurs sont en train de discuter avec eux de façon concrète. Nous aurons des rencontres B to B pour approfondir les discussions sur les projets et puis signer des Mou qui sont des intentions de financements”. 

“JE ME SUIS RENDU COMPTE QUE C’ÉTAIT UNE DEMANDE” 

Globalement, il retient “que c’était une demande” et “qu’il fallait créer un cadre de ce genre.” Parce que, justifie-t-il : “Nous allions toujours ailleurs pour présenter nos projets, en Europe ou dans les pays africains alors que nous avions un potentiel important au niveau de notre pays. Donc, il était important que nous ayons ce rendez-vous entre les investisseurs et les porteurs de projets, entre les Institutions et le secteur privé. Je me suis rendu compte que c’était une demande parce que dans les boardrooms beaucoup de participants étaient de bout. Il n’y avait plus de places.” Quant à la périodicité, rappeler qu’il était prévu d’organiser le Forum tous les deux ans. Mais, “compte tenu du succès”, il n’est pas exclu qu’il se tienne chaque année, souligne l’orga nisateur. 



laissez un commentaire