Votre site d'informations générales !

Affectation du général Kandé : Thierno Alassane Sall fustige le décret et évoque un « bannissement d’un officier encombrant »

L’affectation du général Souleymane Kandé en tant qu’attaché militaire à l’ambassade du Sénégal à New Delhi, en Inde continue de faire jaser. Cette décision du président de la république, Bassirou Diomaye Faye prise lors du dernier Conseil des ministres faisant effet d’une affectation à l’étranger du chef d’état-major de l’armée de terre a incité Thierno Alassane Sall a sortir prématurément de la période d’observation qu’il s’était imposée. Dans une récente publication sur son compte Facebook, le President du parti de la République des Valeurs/Rewmi Ngor a évoqué un cas typique de « bannissement d’un officier encombrant ».

« Nul ne saurait dénier au chef suprême des Armées la faculté d’affecter les officiers supérieurs, mais ce pouvoir discrétionnaire, à moins de prétendre relever du divin, ne saurait se soustraire des traditions républicaines ou faire fi du mérite ou de la cohérence dans l’emploi des hommes. À en croire l’émoi suscité par la nouvelle de l’affectation du Général Kandé, on est plus proche d’un cas typique de bannissement d’un officier encombrant. À quel titre ? », a réagi Thierno Alassane Sall.

L’acteur politique qui a sorti ses gangs pour fustiger cette décision a, par ailleurs dénoncer une gestion calamiteuses des institutions de la république par les nouvelles autorités

« De fait, des décisions récentes du nouveau régime révèlent des tendances inquiétantes dans la gestion de nos institutions. Étendre aux forces de défense et de sécurité les limogeages en cascade qui touchent la haute administration lors des alternances politiques serait un précédent dangereux pour notre Armée jusqu’ici réputée républicaine. Ce serait accréditer l’idée, qu’il y a, dans les rangs de nos FDS, des lignes de fracture suivant les allégeances supposées », a-t-il écrit sur son compte Facebook.

Le député de la quatorzième législature va plus loin et accuse le chef de l’Etat et son gouvernement d’être aux commandes d’une politique de vengeance, contraire aux traditions du Sénégal.

« Promouvoir par décret un officier de gendarmerie radié et bannir dans la foulée un Général dont la réputation va bien au-delà des troupes, est un précédent fâcheux, en rupture des traditions de notre pays ».

Face à cette situation, Thierno Alassane Sall d’inviter le chef de l’Etat Bassirou Diomaye Faye à ne pas vaciller dans la chasse aux sorcières et de se focaliser sur les préoccupations des citoyens

« Il est de mon devoir de citoyen et de député de sonner la trompette de l’alarme et d’inviter le président de la République à ne pas céder à la tentation de la chasse aux sorcières. Il est élu pour panser les fractures béantes de notre pays, qui se donnent à voir particulièrement dans l’administration, la Justice, l’Université. Même sans appel à candidature, beaucoup mieux aurait pu être fait par une approche plus inclusive », a-t-il conclu.

laissez un commentaire