Votre site d'informations générales !
Ageroute 260124

APPEL AU DIALOGUE DU PRESIDENT MACKY SALL Le «Oui-mais» du Pds

L’appel au dialogue lancé à l’opposition par le président de la République se présente comme «un préalable important à l’organisation d’une élection présidentielle ouverte, libre et transparente en février 2024 et à la pacification de l’espace poli tique». C’est du moins l’intime conviction du Parti démocratique sénégalais (Pds) qui compte ré pondre favorablement à Macky Sall.

Dans un communiqué trans mis à la presse, hier, le Pds considère que les bases d’un dialogue «sincère» ont été jetées puisque le Chef de l’Etat qui a lui-même décliné les termes préliminaires de ce dialogue. Notant que c’est la «première fois en 12 ans que le Président de la République, et plus haute institution du pays, aborde le règlement de la situation arbitraire et injuste de Karim Wade comme n’a cessé de le ré clamer le comité des droits de l’homme de l’organisation des Nations Unies dans sa décision du 24 Octobre 2018».

Tout en rappelant que l’Adn de leur parti a été toujours axé sur le dialogue politique, le porte-parole du Pds, Tafsir Thioye affirme que leur «Secrétaire Général National, Maître Abdoulaye Wade, alors Président de la République, a toujours œuvré pour pacifier l’espace politico-social et consolider les acquis démocratiques en systématisant le dialogue politique».

«Le Pds reste en attente de connaître les contours et les détails du dialogue avec les partis politiques, mais approuve, d’ores et déjà, les principaux points de discussion évoqués par le Président de la République, notamment le parrainage, l’amnistie de Monsieur Khalifa Sall et la révision du procès de Karim Wade.

Toutefois, le Pds souhaite que les points suivants soient rajoutés à l’ordre du jour de ce dialogue: l’audit contradictoire du fichier électoral sous supervision des États-Unis, de l’Union Européenne et de l’Union Africain; la prolongation des délais et la poursuite des opérations d’inscription sur les listes électorales; la levée de tous les obstacles administratifs aux inscriptions sur les listes électorales, notamment celles concernant les primo-votants ; l’organisation des pro chaines élections présidentielles par une personnalité consensuelle», lit-on dans le communiqué signé par Tafsir Thioye.

laissez un commentaire