Votre site d'informations générales !

AU LENDEMAIN DES AFFRONTEMENTS Antoine Diome en sapeur-pompier à Khossanto

Après avoir annulé l’arrêté préfectoral à l’origine des sanglants affrontements entre les Forces de défense et de sécurité (Fds) et les populations causant mort d’hommes, blessés graves et beaucoup d’arrestations, le ministre de l’intérieur a rappliqué dans la commune de Khossanto pour, dit-il, «écouter», les différents protagonistes afin de trouver des solutions au conflit. Mais aussi apporter un soutien moral et financier de l’Etat.

«Nous sommes là pour trouver des solutions de manière concertée avec toutes les parties prenantes. Nous sommes là pour écouter les idées et les propositions afin de trouver une solution», dixit Antoine Abdoulaye Félix Diome accompagné de ses collègues des Mines, Oumar Sarr, et de la Bonne gouvernance, Saliou Sow. A Kédougou, ils ont tenté de dialoguer avec les autorités et les différents acteurs concernés. Le ministre de l’Intérieur a rappelé que la démarche du gouvernement, pour résoudre ce conflit, repose sur le dialogue avec toutes les parties prenantes. Après des discussions approfondies avec les divers acteurs, il s’est engagé, au nom du gouvernement, à prendre en charge l’ensemble des questions soulevées.

Aussi, il s’est incliné devant la mémoire des personnes décédées, en particulier au grand frère du maire de Khossanto, au nom du président de la République. Avant de se rendre au centre hospitalier de Kédougou Amath Dansokho où sont pris en charge les nombreux blessés.

A noter que les manifestations entre populations et forces de l’ordre de Khossanto ont fait 2 décès et une quinzaine de blessés grave. Ces affrontements trouvent leur origine dans le nouvel arrêté du préfet concernant le recrutement de la main-d’œuvre locale non qualifiée.

laissez un commentaire