Votre site d'informations générales !

CAMPAGNE ÉLECTORALE  Le Forum Civil invite les candidats à dévoiler leurs programmes dans le secteur extractif

Depuis quelques jours les candidats à la Présidentielle rivalisent d’ardeur pour capter le maximum de l’électorat. Toutefois, leurs discours sur les questions liées au secteur extractif sont abordés de manière  superficiels par les dix-neuf (19) candidats à la Présidentielle de 2024. Le coordonnateur du Forum Civil invite les candidats d’approfondir le débat sur ce sujet surtout dans un contexte où les populations des zones abritant des entreprises minières vivent dans des conditions extrêmement difficiles. 

“La plupart des candidats sont restés superficiels sur les questions liées au secteur extractif. Ils vous parlent de ressources naturelles, de renégociation des contrats, alors que ça, c’est superficiel dans le secteur extracti. Nous attendons fondamentalement des candidats qu’ils puissent prendre des
engagements sur l’opérationnalisation des fonds miniers et les collectivités locales. Les femmes qui sont au niveau des collectivités locales en ont besoin. Nous attendons également des propositions des candidats sur les questions liées au contenu local. C’est quoi leur proposition en termes de valorisation du contenu local dans le secteur extractif, dans le secteur des hydrocarbures, mais également dans le secteur minier ?”, questionne Birahim Seck. Il se prononçait à l’occasion d’un atelier de renforcement de capacités des journalistes (femmes) sur l »accès à l’information et la redevabilité dans le secteur extractif au Sénégal, organisé par USAID TRACES/Forum Civil.

Durant deux jours, les journalistes qui viennent des collectivités minières du Sénégal ont été capacité sur le droit d’accès à l’information, de la redevabilité dans le secteur extractif. C’était une occasion de revenir avec le Cos-Petrogaz sur les projets GTA et sur le projet Sengomar, le projet Terranga Yakaar, mais également les autres projets en vue. C’était l’occasion de revenir avec le ministère du Pétrole et des Énergies sur les questions relatives à l’audit des coûts ou bien des opérations pétrolières au niveau du Sénégal. Nous en avons également profité pour échanger avec les journalistes sur le droit de l’accès à l’information. Parce qu’on ne peut pas parler du secteur extractif sans évoquer la question de la transparence, de la question de l’accès à l’information et de la question de la redevabilité”.

laissez un commentaire