Votre site d'informations générales !

CONSEIL MINISTÉRIEL : Le Chef de l’Etat Bassirou Diomaye Faye déroule ses promesses de campagne

Le deuxième Conseil des ministres du gouvernement d’Ousmane Sonko s’est tenu ce mercredi 17 avril 2024. Sous la houlette du Président de la République Bassirou Diomaye Faye, des décisions importantes ont été prises, concrétisant ainsi ses promesses de campagne.

À l’occasion du Conseil des ministres de ce mercredi 17 avril, le chef de l’État, Bassirou Diomaye Faye, a fait savoir qu’il a mis en place au sein de la Présidence de la République une Direction des Affaires religieuses et de l’Insertion des diplômés de l’Enseignement Arabe. Une direction composée du Bureau des affaires religieuses et du Bureau de l’insertion des diplômés de l’enseignement arabe. 

ÉTABLISSEMENT D’UNE DIRECTION DES AFFAIRES  RELIGIEUSES À LA PRÉSIDENCE  

Ceci est une manifestation d’institutionnalisation des autorités religieuses par le président de la République qui, après ses visites à Touba et à Tivaouane, pose un énième acte démentant ses détracteurs. En effet, depuis la campagne électorale, ces derniers avaçaient que Bassirou Diomaye Faye aurait une répulsion pour l’islam confrérique et que c’est la raison pour laquelle il a snobé les guides religieux dans chacun de ses discours depuis son accession au fauteuil présidentiel. Contrairement à ce que ses détracteurs avançaient sur sa pseudo répulsion de l’islam soufi, le président de la République et son Gouvernement, ont posé un dernier acte qui re connaît officiellement l’importance des affaires religieuses et instaure une structure administrative pour les gérer. Cette direction va sûrement se charger de superviser les pratiques religieuses, de promouvoir la tolérance religieuse et de faciliter le dialogue inter religieux, entre autres responsabilités. En outre, l’intégration des diplômés de l’enseignement arabe offre plusieurs avantages dont la diversification des compétences linguistiques et culturelles, la valorisation des savoirs traditionnels et religieux, et l’inclusion qui est une priorité pour garantir une participation active des arabophones dans la structuration professionnelle. Par ailleurs, cela peut contribuer au renforcement des liens avec les pays arabophones et à une meilleure compréhension des cultures arabes, favorisant, dès lors, la coopération internationale et les échanges commerciaux. Ainsi, Bassirou Diomaye Faye est en train de concrétiser méthodiquement ses pro messes électorales. En effet, le dernier président élu, lors de la campagne électorale, a fait part de son ambition de réduire la fracture sociale et les inégalités sociales – qui sont les principales causes du déclassement et de l’injustice au sein de la société – pour la promotion de l’égalité des chances.  

PUBLICATION DES RAPPORTS DE L’IGE, DE LA COUR DES COMPTES ET DE  L’OFNAC 

Le président Bassirou Diomaye Faye a ordonné la publication des rapports des institutions clés telles que la Cour des Comptes, l’Inspection Générale d’État (IGE) et l’Office National de Lutte contre la Fraude et la Corruption (OFNAC) pour les cinq dernières années (2019, 2020, 2021, 2022 et 2023). De plus, il a demandé au ministre de la Justice de finaliser un projet de loi sur la protection des lanceurs d’alerte avant le 15 mai 2024.  Le Président a également souligné l’importance de la transformation de l’Administration publique selon les principes partagés du « Jub, Jubal, Jubanti », visant à créer une Administration performante au service des Sénégalais et des intérêts nationaux. Ces mesures assurent la transparence et permettent au public de connaître les résultats des enquêtes et des audits réalisés sur la gestion des ressources publiques, ce qui renforce la transparence et la responsabilité gouvernementale. En exposant les éventuelles irrégularités ou malversations, cette publication favorise la reddition de comptes des responsables gouvernementaux et des institutions publiques. Ce qui participe à la lutte contre la corruption, contribuant à identifier les pratiques frauduleuses et mettant en lumière les cas de mauvaise gestion ou de détournement de fonds. Les recommandations émises dans ces rapports peuvent être utilisées comme fondement pour élaborer des politiques visant à améliorer la gouvernance et à assurer une utilisation efficace et transparente des ressources publiques. De même, la divulgation de ces rapports, en témoignant de l’engagement envers la transparence et la lutte contre la corruption, contribue à renforcer la confiance du public dans les institutions gouvernementales. 

REVUE DES PROJETS

Lors du conseil des ministres, le chef de l’État a donné des directives importantes concernant le secteur maritime et portuaire. Il a demandé au ministre des Pêches et des Infra structures Maritimes et Portuaires de faire le point sur la concession des chantiers na vals de DakarNave, en évaluant ses activités et en prenant des mesures avant la fin de la concession prévue en juin 2024. De plus, il a ordonné la construction du Port multi fonction de Ndayane en partenariat avec DPWorld, ainsi qu’une révision de tous les pro jets et contrats dans le secteur maritime et portuaire. Pour coordonner ces actions, le Président a appelé à la tenue d’un conseil interministériel spécial sur les infrastructures mari times et portuaires. Le président de la République a demandé au ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement de procéder rapide ment à un audit du contrat d’affermage entre l’Etat du Sénégal (SONES) et SEN’EAU, ainsi que du contrat de performances Etat-SONES SEN’EAU. Cette démarche vise à évaluer les Partenariats Publics Privés (PPP) et tous les contrats de délégation de service public de l’eau potable en milieu urbain et rural, en met tant un accent particulier sur les projets de dessalement des Mamelles et de la Grande Côte développés par la SONES avec la JICA et ACWA POWER. À cet effet, pour améliorer la gouvernance de l’eau, le président de la République a annoncé la création d’une Autorité de Régulation du Secteur de l’Eau. Il a souligné l’im portance de garantir l’accès à l’eau potable dans les centres urbains et en milieu rural, une préoccupation majeure pour les populations. En conséquence, Bassirou Diomaye Faye a chargé son Premier ministre d’organiser un conseil interministériel sur le secteur hydraulique pour lui présenter des propositions urgentes. Ces propositions visent à accélérer la mise en œuvre des projets hydrauliques tels que les fo rages, les châteaux d’eau et les réseaux, à évaluer les délégations de service public de l’eau potable en milieu urbain et rural, à examiner le système de tarification de l’eau et à adopter un grand programme national consolidé d’accès à l’eau potable. 

RENÉGOCIATION  DES CONTRATS  BILATÉRAUX DANS  LA SOUS-RÉGION

La prochaine visite officielle du président de la République en Mauritanie, initialement prévue au 17 avril, puis reportée à aujourd’hui, 18 avril 2024, revêt une importance symbolique significative, marquant le premier déplacement officiel à l’étranger depuis l’élection de Bassirou Diomaye Diakhar Faye, le 24 mars 2024. Cette initiative exprime son engagement à renforcer les liens historiques entre le Séné gal et ses voisins. Les relations entre les deux pays sont empreintes d’une amitié séculaire et exemplaire, caractérisée par la cordialité, le bon voisinage et la fraternité. La coopération bilatérale couvre une large gamme de secteurs, de la sécurité aux hydrocarbures, en passant par l’hydraulique, l’environnement, l’énergie, la pêche, l’agriculture, les finances publiques, les questions fiscales et douanières, ainsi que les infrastructures de transport et autres enjeux sociaux majeurs. Parmi les sujets d’intérêt, se trouvent, précisément, les cinq cents (500) pirogues de sennes tournantes autorisées à pêcher dans les eaux mauritaniennes, la gestion du projet gazier Grand Tortue/Ahmeyin (GTA) qui s’est imposé comme un modèle, ainsi que la construction du pont de Rosso, entre autres initiatives. Le samedi 17 avril, le président de la République se rendra en République sœur de Gambie dans le cadre du renforcement des liens historiques de bon voisinage et de brassage socio culturel entre les deux pays. Cette visite s’inscrit dans la continuité de cette démarche, et le Chef de l’État envisage également de rendre visite à d’autres homologues du voisinage immédiat. Il a appelé l’ensemble du Gouvernement à veiller au maintien et au renforcement des relations cordiales avec les pays voisins. 

LANCEMENT  D’APPELS À  CANDIDATURES  POUR DES  DIRECTIONS 

De plus, toujours dans le souci d’équité entre les citoyens sénégalais, le cinquième prési dent de la République du Séné gal a demandé au Premier ministre, Ousmane Sonko et au ministre de la Fonction pu blique, Olivier Boucal, d’accélé rer l’élaboration d’un projet de loi visant à garantir l’égalité des chances dans l’accès aux em plois et fonctions de l’adminis tration publique. Ceci, dans le but de lancer un appel à candidatures pour des postes de haute responsabilité dans les secteurs public et parapublic. Enfin, conformément à son engagement initial exprimé lors de son premier discours à la Nation, le président Bassirou Diomaye Faye cherche à protéger les lanceurs d’alerte au Sé négal. Pendant le Conseil des ministres de ce mercredi 17 avril 2024, il a demandé au ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Me Ousmane Diagne, d’achever avant le 15 mai 2024, un projet de loi sur la protection des lanceurs d’alerte. Dans la même optique, il a ordonné, en plus des audits et des missions de vérifications périodiques dans les ministères, l’organisation annuelle de missions de contrôle dans les institutions constitutionnelles. 



laissez un commentaire