Votre site d'informations générales !

Port Autonome de Dakar : Mountaga Sy accusé de recrutement déloyal de plus de 1000 personnes

Le Collectif de Défense des Intérêts du Port Autonome de Dakar (CDIPAD) est monté au créneau pour dénoncer la gestion du directeur général. Les membres de cette organisation accusent Mountaga Sy de recrutement déloyal et interpellent le président de la république Bassirou Diomaye Faye.

La gestion de Mountaga Sy, directeur général du Port Autonome de Dakar fait jaser. Une mauvaise gouvernance et de gaspillage sans précédent a été décrié par ses collaborateurs. Dans une lettre adressée au président de la République Bassirou Diomaye Faye, le Collectif de Défense des Intérêts du Port Autonome de Dakar reproche à Mountaga Sy d’être à l’origine d’une gestion nébuleuse au niveau de la direction.

« Depuis qu’il a senti la fin du régime, il a lancé une série de recrutement sauvage tous azimuts qui frise le sabotage ».

Selon le collectif, le Directeur général du Port autonome de Dakar, plus proche de la sortie avec l’avènement d’un nouveau régime, aurait recruté « plus de 1000 personnes ces derniers mois », a fustigé le syndicat. Ces travailleurs dénoncent « l’établissement des contrats de CDD et de CDI au profit des ressortissants de Matam particulièrement ceux de son village natal Aero Lao ».

Pour eux, Mountaga Sy aurait corrompu certains directeurs sectoriels, soucieux de préserver leurs fauteuils afin de mener sa campagne de recrutement. « Plus d’une centaine d’agents au niveau de Centre Opérationnel Polyvalent (COP), plus d’une centaine de personnes à la Direction des Services Techniques et de l’Aménagement ou une pléthore d’agents sont déjà embauchés », informe le Collectif.

Des pratiques qui ne datent pas d’aujourd’hui, selon des sources venues à l’intérieur de cette même direction. Ces derniers révèlent que l’ancien directeur avait également employé les mêmes méthodes fallacieuses en recrutant du personnel qui ne travaillait pas dans la boite mais qui percevait un salaire mensuellement.

laissez un commentaire