Votre site d'informations générales !

ELHADJ CHEIKH MBOW, DIRECTEUR EXECUTIF DE LA COSYDEP « Nous devons avoir un système éducatif qui devient l’affaire de tous »

Dans le cadre de la mise en œuvre de son programme dénommé « nos vacances pour l’école », la Cosydep a réuni 15 experts dans 10 domaines différents autour d’une table ronde pour se pencher sur les éventuels problèmes qui peuvent grangréner le système éducatif. La rencontre qui s’est déroulée ce Jeudi 14 Septembre intervient dans un contexte où les acteurs du secteur éducatif sont convaincus qu’il faut avoir une stratégie d’anticipation. Et les trois mois de vacances doivent être une opportunité pour échanger en profondeur sur des conflits probables, mais ensuite, discuter sur des questions à forts enjeux pour avoir une année scolaire apaisée, une année performante, une année scolaire résiliente à toutes formes de problème. « Pour aujourd’hui, nous avons organisé une table ronde qu’on a dénommée croisée d’experts. Parce que simplement, nous sommes persuadés que quand on doit parler de l’éducation, nous devons apprendre à écouter les autres, à faire en sorte que d’autres experts puissent braquer sur le système éducatif. C’est ça qui nous permet de trouver des solutions profondes » a fait valoir le directeur exécutif de la Cosydep, sur dakaractu. Cheikh Mbow de poursuivre que les attentes de ce rendez-vous vont dans le sens d’assurer un système éducatif plus résilient, performant, inclusif qui sera en conformité avec les réalités et les besoins de la communauté nationale. « Ce qui est ressorti de cet échange, c’est que nous devons avoir un système éducatif qui devient l’affaire de tous. Ce n’est pas seulement l’affaire des acteurs directs de l’éducation ça veut dire enseignants, élèves ou parents d’élèves. Mais il faudrait qu’elle soit l’affaire de tous, les ONG, les entreprises et les autres secteurs devraient s’occuper de l’éducation », a souligné en premier lieu le directeur Exécutif cCeikh Mbow.  Deuxièmement, M. Mbow évoque les questions politiques qui ne cessent pas d’impacter le bon fonctionnement du système éducatif. « Ce qui est ressorti évidemment, c’est que nous allons vers une année électorale. Et nous sommes conscients que le premier trimestre de l’année scolaire, c’est une période où on peut vivre des tribulances liées à leurs exercices de parrainage, de candidature.

Le deuxième trimestre est le trimestre de l’élection. Ça aussi, l’histoire a montré cette relation malheureuse qui a longtemps existé entre les joutes électorales et le fonctionnement normal des écoles », a-t-il fait savoir en abordant d’autres aspects. « L’éducation devrait être une source de résolution des problèmes auxquels la société est confrontée à savoir la crise économique, sociale, environnementale, climatique, sécuritaire, politique. Toutes ces crises vont impacter évidemment l’école. Mais, toutes ces crises espèrent trouver des solutions à partir de l’école. L’école doit préparer à construire ces réponses », a conclu Cheikh Mbow, D.E de la Cosydep.

laissez un commentaire