Votre site d'informations générales !

Gaza «inhabitable», l’impossible enquête de terrain

Gaza est aujourd’hui « inhabitable » selon le Bureau des droits de l’homme des Nations unies. Depuis le 7-Octobre, l’enclave est la cible de bombardements incessants et indiscriminés. Privés d’accès, les observateurs internationaux peinent cependant à connaître l’ampleur exacte de la catastrophe.

En novembre dernier, le rapporteur spécial de l’ONU sur le logement Balakrishnan Rajagopal estimait que « 45% des unités d’habitations de Gaza avait été détruit ou endommagé par l’attaque israélienne ».  En décembre dernier, le chef de la diplomatie européenne Josep Borell décrivait une situation « apocalyptique » à Gaza. Selon lui, le niveau de destruction est égal, voire supérieur à celui de l’Allemagne lors de la Seconde Guerre mondiale.

Les mois passent, et les bombardements continuent du nord au sud de la bande de Gaza. Sur le terrain, les observateurs se raréfient, ce qui rend la compréhension de la situation de plus en plus complexe. « Beaucoup de journalistes sont morts, d’autres sont partis. Nous avons de moins en moins d’images et de données pour pouvoir analyser les tirs et bombardements », regrette Emily Tripp directrice d’Airwars. Cette ONG enquête sur les victimes civiles des conflits armés. « Quand vous tuez les gens qui documentent et témoignent des dégâts causés par chaque frappe, vous empêchez aussi la possibilité de dresser un bilan et d’en identifier les auteurs. »

laissez un commentaire