Votre site d'informations générales !

« La survie de BBY et de l’APR dépend des performances de l’actuel régime », dixit Abdoulaye Makhtar Diop…

La défaite des dix-sept (17) candidats qui se sont partagés les 9% de l’électorat sénégalais, après les présidentielles de 2024, a surpris le Grand Serigne de Dakar, Abdoulaye Makhtar Diop. L’ancien ministre d’Etat atteste que ces personnalités politiques n’ont pas de partisans. Face au micro de la RFM, ce soutien d’Amadou BA, déclare que la survie du parti de Macky Sall et de sa coalition dépend du régime de Diomaye Faye.  

« Ma grande surprise a été la défaite des 16 ou 17 autres candidats.  La victoire massive de Bassirou est une chose mais, la défaite de 17 candidats  personnalités qui pensaient être des ténors qui se partagent moins des 9% des voix, c’est également une lecture. En vérité, ils n’ont pas de partisans », a avoué l’ancien ministre des Sports qui, d’autre part, trouve très que les résultats de la Présidentielle ont démontré que le parrainage est « opportun » vu que ceux-ci sont égaux au nombre de parrainages qu’ils ont obtenus.

Le dignitaire « lébou » assure que le Président n’a pas été élu par les jeunes, mais, par tous les Sénégalais (jeunes, vieux, femmes).

« Il y a eu un vote sanction, un vote d’adhésion et un vote d’espoir pour une frange de la population », révèle-t-il. 

Sur l’avenir du parti Alliance Pour la République (APR), il ajoute : « la survie de BBY et de l’APR dépend des performances de l’actuel régime ; s’ils arrivent à faire leur équilibre et sortir l’opposition. Pour la première fois, nous avons un chef dEtat qui n’a jamais était aux affaires de même que son premier Ministre.  Ils doivent faire une imprégnation  dans les dossiers. Il faut cinq voire six mois pour connaître tous les dossiers et en profondeur ».

Ancien du Parti socialiste (PS),Abdoulaye Makhtar Diop, s’est aussi interrogé sur la conduite du Premier ministre, Ousmane Sonko qui veut représenter la diplomatie sénégalaise à la place du président de la République. 

En effet, il est du ressort du président de la République d’impulser la diplomatie sénégalaise. Cela fait partie de ses prérogatives alors quOusmane SONKO reçoit les ambassadeurs établis au Sénégal et projette à faire des déplacements dans les pays voisins pour le compte de son parti, le PASTEF. 

Ce dédoublement fonctionnel est là. Par exemple, jamais, Sonko ne pourrait dire : ‘’je parle en tant que chef de parti’’, sans qu’il ne soit marqué par le sceau du Premier ministre, rappelle Abdoulaye Makhtar Diop. Il alerte, par conséquent, les analystes  politiques sur le dessein des ambassadeurs qui rendent visite à Sonko pendant qu’ils devraient rencontrer Diomaye Faye.  « Les analystes politiques  doivent faire très attention aux diplomatiques.  Est-ce qu’ils ne sont pas en train de travailler à préparer  un conflit ultérieur entre le Premier ministre et le président de la République?    Quelles sont leurs intentions ? Avaient-ils averti le Président ? Ont-ils reçu l’autorisation de Diomaye  Faye ? Ils savent qui est le responsable de la diplomatie », alerte le ministre d’Etat.      

Parallèlement, le député de l’ancienne mouvance présidentielle a notifié que le soutien de Sonko à Mélenchon à la prochaine élection présidentielle française ne mènera à rien car ‘Mélenchon ne représente rien en France.’’

Sur la suppression de l’article 80 portant offense au chef de l’Etat, Abdoulaye Makhtar Diop estime qu’il est temps que l’on apprenne aux Sénégalais à ne pas offenser les autorités et leurs compatriotes. 

 

Fanta DIALLO BA  

 

laissez un commentaire