Votre site d'informations générales !

MALI: des groupes du nord attaquent l’armée dans une ville clef

Des groupes armés du nord du Mali ont attaqué mardi l’armée dans la ville clef de Bourem, confortant les craintes de reprise des hostilités avec l’Etat central et de fin de l’accord de paix signé en 2015. Les groupes armés ont indiqué avoir pris puis abandonné le contrôle du camp de l’armée. Dans un communiqué publié mardi soir, l’armée malienne a assuré avoir repoussé une attaque complexe impliquant des voitures piégées qui a fait dix morts et treize blessés parmi les soldats, tandis que 46 « terroristes » ont été tués.Un haut responsable de l’armée avait auparavant déclaré à l’AFP que les troupes avaient repris le contrôle de leurs positions à Bourem avec l’aide de l’aviation. Le Cadre stratégique permanent (CSP), alliance de groupes armés qui ont signé un accord de paix avec l’Etat malien en 2015, a indiqué avoir mené une opération sur la ville garnison de Bourem qui « s’est soldée par le contrôle du camp et des différents postes avancés » des forces armées maliennes et de leur allié du groupe paramilitaire russe Wagner. Il y a eu « d’intenses combats », a dit le porte-parole du CSP, Mohamed El Maouloud Ramadane. Puis les hommes se sont retirés, a-t-il dit. « Notre objectif n’est pas de rester dans les villes », a-t-il expliqué. « Nous avons repris le contrôle du camp et des alentours de Bourem après intervention de l’aviation et ratissage », a dit un commandant local sous couvert de l’anonymat. « Les groupes armés non-identifiés avaient encerclé le camp, et tournaient en ville, mais les avions ont réagi contre eux. On n’entend plus de tirs, les FAMA (Forces armées maliennes) sont dans la ville partout en nombre », a dit un habitant joint par téléphone, Mahamoud Ould Mety. Bourem est un nœud près du fleuve Niger et sur la route entre Tombouctou et Gao et vers Kidal, fief touareg, plus au nord. Une telle opération de la part des groupes armés confirme la faillite de l’accord de paix signé en 2015 par une alliance de groupes armés à dominante touareg entrés en rébellion contre l’Etat central en 2012, par le gouvernement et par des groupes armés loyalistes. Après des semaines de tensions grandissantes, un des signataires de l’accord dit d’Alger, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), a indiqué lundi soir se considérer dorénavant en « guerre » avec la junte qui a pris le pouvoir par la force à Bamako en 2020.

Escalade

Les tensions n’ont cessé de croître depuis des mois entre le CSP et la CMA d’une part et la junte de l’autre, faisant redouter la reprise des hostilités engagées en 2012. Des insurrections indépendantistes et salafiste avaient alors plongé ce pays pauvre et enclavé dans une profonde crise sécuritaire, politique et humanitaire dont il n’est toujours pas sorti. Si les groupes à dominante touareg ont accepté un cessez-le-feu en 2014, les jihadistes ont poursuivi le combat contre l’Etat central et toute présence étrangère sous la bannière d’Al-Qaïda et de l’organisation Etat islamique. La propagation jihadiste a gagné le centre du pays, le Burkina Faso et le Niger voisins.Dans les vastes étendues désertiques ou semi-désertiques du nord, notamment dans les régions de Tombouctou et Gao, les rivalités se sont intensifiées ces dernières semaines entre la multitude d’acteurs armés se disputant le contrôle du territoire: groupes jihadistes contre armée malienne, groupes jihadistes entre eux, groupes armés touareg contre jihadistes, et groupes touareg face à l’armée malienne. Cette escalade coïncide avec une reconfiguration sécuritaire dans le nord après le départ de la force antijihadiste française en 2022 et celui, en cours, de la mission de l’ONU (Minusma), toutes deux poussées vers la sortie par la junte. La remise du camp de Ber, près de Tombouctou, par la mission de l’ONU à l’armée mi-août a donné lieu à des combats entre soldats et jihadistes, mais aussi à des accrochages entre armée et CMA. La CMA n’entend pas que la Minusma rétrocède ses camps aux autorités maliennes. Elle estime qu’en vertu des arrangements de 2014 et 2015, ces zones devraient revenir sous son contrôle. En même temps, une double attaque jihadiste a tué au moins 64 civils et militaires jeudi entre Tombouctou et Gao. Une autre attaque aux voitures piégées contre un camp à Gao a tué une dizaine de soldats vendredi, a admis l’armée lundi. Les jihadistes soumettent Tombouctou à un blocus. La junte a fait du rétablissement de la souveraineté un de ses mantras, un objectif qui se heurte aux différents groupes armés, qui contrôlent de vastes étendues de territoire

laissez un commentaire