Votre site d'informations générales !

RÉUNIFICATION DES MINISTÈRES DE L’ÉCONOMIE ET DU BUDGET : Mamadou Moustapha Ba promet un traitement équitable à l’ensemble des agents

Le désormais ex-ministre de l’Économie, des Finances, du Plan et de la Coopération (MEPC), Doudou Ka, a transmis les rênes, ce lundi, à celui qu’il appelle affectueusement son « ami » et « grand frère », Mamadou Moustapha Ba.

Le nouveau patron du ministère susnommé s’est senti honoré d’être un des acteurs principaux de ce pan très important de l’histoire qui marque la réunification des ministères des l’Économie et du Budget après quasiment cinq ans de séparation.

Mamadou Moustapha Ba reconnaît, toutefois, que ce temps de scission « n’a en rien compromis la conception et la mise en œuvre des politiques économique, budgétaire et financière de l’État ».

En témoignent les résultats obtenus dans la mise en œuvre du Plan Sénégal Émergent (PSE) mais aussi dans son ajustement et son adaptation aux crises.

Car les deux départements ont toujours su travailler ensemble, dans la loyauté et la solidarité, d’après le ministre entrant.

À cet effet, M. Ba a, par ailleurs, assuré que sa gestion ne sera pas à « deux vitesses ». Par conséquent, les agents du MEPC n’ont aucune crainte à avoir sur cette  fusion.

Mamadou Moustapha Ba n’a pas non plus manqué « l’occasion d’adresser [ses] compliments [au] ministre Doudou Ka pour le travail abattu à la tête du MEPC ».

pub artp header

Afin de rebondir sur ce discours unificateur de son remplaçant, le ministre Doudou Ka affirme qu’ « il s’agit en réalité de retrouvailles d’une famille autrefois dispersée, et qui se réunit à nouveau. Et, c’est un choix politique pertinent car, dans le grand livre de la prospérité, on pourrait dire que l’économie est la plume qui esquisse les scénarios de croissance, tandis que les finances en sont l’encre qui traduit ces perspectives en actions tangibles ». Selon lui, cette nouvelle vision du président de la République, Macky Sall,  « est une démarche qui vise à instaurer davantage de cohérence et d’efficacité ».

Doudou Ka, qui avait aussi occupé le poste d’ancien directeur général de l’Aéroport International Blaise Diagne (AIBD), laisse derrière lui un bilan positif. Sous son magistère, trente (30) accords avec des partenaires bilatéraux comme multilatéraux ont étés signés. Ces accords, équivalant à mille trois cent quarante-huit (1 348) milliards de francs CFA, représentent des leviers essentiels sur lesquels notre économie s’appuie afin de financer des projets sans recourir au budget national.

Ainsi, les multiples partenaires ont contribué à hauteur de 59% du montant global, soit sept cent quatre-vingt-onze (791) milliards de francs CFA tandis que les banques commerciales ont apporté 41%, totalisant un montant de cinq cent cinquante-sept (557) milliards de francs CFA.

Pour ce qui est de la répartition sectorielle de ces fonds, l’Agriculture représente 11,4% du montant total des engagements. Les secteurs de l’Industrie et de l’Eau / Assainissement ont respectivement reçu 10,4% et 9,6% du total des fonds engagés.

De plus, un appui substantiel a été accordé au secteur de la Santé et Protection sociale, avec une attribution de 10,3% du montant global, principalement dédiée au projet de construction de l’hôpital de Saint-Louis.

Abordant le plan d’actions prioritaires du PSE pour 2024-2028 ou PAP3, Doudou Ka a précisé que les engagements financiers portent sur une enveloppe de huit cent quatorze (814) millions de Dollars US ; soit environ quatre cent quatre-vingt-huit (488) milliards de francs CFA.

Dernièrement, alors que Doudou Ka était encore aux commandes, le Sénégal a accompli l’exploit de déposer un dossier complet en vue de sortir de la liste des pays les moins avancés. Ceci est une demande légitime justifiée par les performances économiques au compteur et l’engagement de notre pays à renforcer sa position sur la scène internationale. À en croire le ministre sortant, ce dossier dispose de toutes les chances d’aboutir dans un avenir proche.

laissez un commentaire