Votre site d'informations générales !

SUIVI DES OPERATIONS DE DESENCOMBREMENT : A Keur Massar, les marchands ambulants regagnent déjà les voies publiques

A l’approche de la fête de tabaski, le maire de la commune de Keur Massar Sud avait entamé une série d’opérations pour désencombrer la voie publique. Plusieurs forces de sécurité ont été déployées à cette occasion sur les marchés et voies de rencontre. Quelques semaines seulement après le lancement de ces opérations de désencombrement qui ont été marquées par la colère noire des marchands ambulants, il semblerait que l’autorité aurait renoncé à ce projet. Les commerçants commencent en effet, à regagner timidement les trottoirs. Une situation déplorée par les piétons qui dénoncent le manque de suivi.

La circulation est un peu fluide au rond-point de Keur Massar qui a permis à certains automobilistes de bien garer leurs véhicules. Et pourtant les marchands ambulants envahissent petit à petit à nouveau la voie publique avec leurs lots de marchandises. Interrogé sur ce sujet, Abdou, un piéton qui passait par là, déplore le manque de suivi des opérations « La mairie de Keur Massar avait bien démarré mais malheureusement les marchands ambulants commencent à revenir. Nous avons même des problèmes pour circuler normalement. Nous déplorons cela, les opérations doivent avoir un suivi », a-t-il souligné sur les ondes Rfm.

A quelques pas de lui se trouve Mor Talla qui estime que ce sont les autorités qui ont reculé face à la révolte des marchands ambulants. « C’est parce que le discours du premier ministre dimanche passé les a encouragés lui qui disait qu’il n’était pas au courant. Mais de par ces souplesses-là, on laisse aller et on ne voit plus les gendarmes qui montaient en garde pour les déguerpir donc ils vont revenir », regrette-t-il.

Pour régler le problème de l’occupation anarchique dans la ville de Keur Massar et dans toutes les autres localités, les populations estiment que les nouvelles autorités devraient d’abord mettre en place une politique pouvant créer de d’emplois au profit de la jeunesse. « Souvent sans formation, la politique serait aussi de les former, avoir au moins un endroit où les mettre », précisent-elles au micro de nos confrères de Rfm Radio.

C’est dans ce sens que l’Etat est invité à appuyer les collectivités territoriales dans les activités de désencombrement. Ainsi selon les intervenants il faut aussi des activités de stratégie pour faciliter l’insertion l’emploi aux jeunes du Sénégal. Les habitants de Keur Massar estiment que c’est l’une des meilleures stratégies de lutte contre l’occupation anarchique des voies publiques.

laissez un commentaire