Votre site d'informations générales !

ASSEMBLÉE NATIONALE La loi sur l’amnistie générale passe comme une lettre à la poste

Le projet de loi portant amnistie des faits en rapport avec des violences politiques commises à partir de l’année 2021 jusqu’à maintenant a été voté ce mercredi à l’Assemblée nationale.

Les députés ont approuvé le texte de loi, dans sa globalité, par quatre-vingt- quatorze (94) voix contre quarante-neuf (49) malgré qu’un tel projet avait été décrié par une partie de l’opposition et de la société civile. Ceux-ci dénoncent l’impunité que cela va engendrer. En effet, cette loi, selon ces détracteurs, met à l’abri les auteurs de faits graves, y compris des homicides. Le texte d’amnistie éponge tous les délits ou crimes, jugés ou non, commis entre le 1er février 2021 et le 25 février 2024 et « se rapportant à des manifestations ou ayant des motivations politiques ».

Le Sénégal a été en proie à de nombreux émeutes, affrontements, saccages et pillages déclenchés notamment par le bras de fer entre l’opposant, Ousmane Sonko et le Gouvernement. Troisième de la présidentielle en 2019 et candidat déclaré en 2024, Ousmane Sonko est en détention depuis juillet 2023 suite à sa condamnation pour corruption de la jeunesse dans l’affaire de viol présumé l’opposant à l’ex-masseuse, Adji Raby Sarr, âgée de moins de 21  ans pendant les faits. Le leader de l’ex-Pastef, rattrapé par d’autres charges en lien avec le terrorisme et l’appel à l’insurrection, a été disqualifié de la présidentielle alors qu’il était l’un des favoris. Son dauphin, Bassirou Diomaye Faye, a été, dès lors désigné candidat au scrutin présidentiel même s’il est lui également en prison. Il est poursuivi pour appel à l’insurrection, association de malfaiteurs, atteinte à la sûreté de l’ État, complot contre l’autorité de l’Etat, actes et manœuvres à compromettre la sécurité publique et à créer des troubles politiques graves, association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste. Sa candidature à l’élection présidentielle a même été approuvée par le Conseil constitutionnel malgré qu’il soit dans les liens de la détention préventive.

Penda THIAM

laissez un commentaire