Votre site d'informations générales !

ELECTION PRÉSIDENTIELLE DE FÉVRIER 2024 Thierno Alassane Sall disqualifie Khalifa Sall et Karim Wade


pub artp header

Khalifa Sall et Karim Wade, condamnés à des peines fermes avant d’être graciés pourraient recouvrer leurs droits civils et politiques afin d’être des candidats à la présidentielle de février 2024. En tout cas, le chef de l’Etat a dé posé un projet de loi sur la table du Président de l’Assemblée nationale afin que les conclusions du dialogue national puissent être concrétisées. Mais, pour Thierno Alassane Sall, Karim Wade et Khalifa Sall ne doivent pas être réintégrés dans le politique. Le lea der de la République des valeurs, invité du Jury du dimanche, est d’avis que la révision du code électoral a été faite pour des cas particuliers. Or, souligne-t-il : « on dit que la règle de droit doit être générale et impersonnelle. Mais dans ce cas, ça permet de ré gler certains cas tout en excluant le cas du leader du Pastef, Ousmane Sonko ». En outre, ajoute-t-il : « je trouve que certains délits ou crimes qui, une fois constatés ou actés, devraient exclure définitivement les personnes concernées à la gestion des ressources publiques. Pensez vous normal qu’on puisse confier les deniers de la République, la gestion de ce pays à des personnes qui ont été déjà condamnées ou qui portent de fortes présomptions de dé tournement de deniers publics ? », s’interroge Thierno Alas sane Sall. Avant d’ajouter : « Karim Wade et Khalifa Ababa car Sall ne devraient pas être réintégrés dans le jeu politique. On est contre l’utilisation de la justice pour sélectionner qui va participer à l’élection présidentielle. C’est pourquoi on était contre la volonté du gouvernement de les exclure. On a condamné le fait qu’ils soient les seuls à comparaître devant les tribunaux. Mais, on ne peut pas confier notre pays à des gens qui ont été condamnés pour détourne ment de deniers publics ». Par lant de son parti la République des Valeurs, il a soutenu que : « nous sommes pour notre ligne qui est l’attachement aux intérêts supérieurs du Sénégal et la constance dans nos va leurs. Toutes ces alliances qui sont plus ou moins contre na ture ou qui sont fondées sur des calculs à court terme ont éclaté. Mais nous, nous sommes sur notre chemin. Je ne dis pas que tout est rose chez nous, mais on est en train de bâtir une alliance fondée sur les valeurs. Nous avons une vision politique qui consiste à dire qu’il faut se sa crifier pour le Sénégal. Nous avons une vision qui va faire du Sénégal un pays qui se suffit du point de vue de sa production alimentaire et c’est possible. Nous devons redevenir l’université de l’Afrique ». Par ailleurs, Thierno Alassane Sall s’est prononcé sur le projet de loi portant révision de la constitution. Le leader du parti politique la République des Valeurs a rappelé que par principe, il est contre le parrainage qui, d’après lui, vise à éliminer des adversaires. « C’est une opération de sélection. C’est le conseil constitutionnel qui dé finit les règles qu’il s’applique à lui-même. Normalement le conseil constitutionnel ne de vrait pas être législateur et juge. On se souvient qu’en 2019 il y’a eu cette polémique sur le problème des noms. Par fois dans la fatigue, l’empressement, l’habitude d’écrire, les gens commettent des erreurs. On avait fait un texte relatif au conseil constitutionnel à l’époque pour lui dire que se tromper sur une lettre ne peut pas constituer un motif de rejet. C’est d’autant plus lo gique que la direction des élections en présentant le parrainage avait dit que ces genres d’erreurs ne consti tuent pas une source de rejet », a-t-il dit. 



laissez un commentaire