Votre site d'informations générales !

ETAT CIVIL Le Sénégal enregistre un faible taux de déclarations

Les parents sans papiers d’état civil, la non effectivité de la gratuité de la déclaration des naissances faite dans les délais sont aussi des éléments favorisant les non déclarations des faits d’état civil. Sans oublier l’inaccessibilité géographique des centres d’état civil, l’idée selon laquelle seul le père peut déclarer l’enfant. Autant de facteurs qui font que le taux de déclaration des enfants à la naissance reste faible. Selon le spécialiste en protection de l’enfant au bureau pays de l’UNICEF Sénégal, Massamba Diouf, sept décès sur dix ne sont pas déclarés à l’état civil au Sénégal.

”Si on regarde la situation des mariages et des décès, pratiquement sept décès sur dix ne sont pas déclarés à l’état civil. C’est la même chose pour les mariages”, a dit M. Diouf, estimant que ”c’est une situation assez alarmante, qui nécessite beaucoup de travail ”. Par rapport aux enfants sans état civil, a ajouté, le spécialiste, ”les dernières données qui datent de 2019 montrent que pratiquement trois enfants sur dix ne sont pas déclarés à l’état civil au Sénégal d’où  les ”disparités dans les régions,

Ainsi, pour remédier à cette situation, Ibrahima Ethia, le chargé de communication du Programme de modernisation de l’état civil, a souligné qu’un ”ensemble d’activités de sensibilisation est en train d’être mené sur l’ensemble du territoire national“ notamment l’élaboration de l’argumentaire religieux pour la promotion de l’enregistrement à l’état civil. “Nous avons organisé cette rencontre pour permettre aux religieux de discuter, d’échanger et trouver les arguments les plus pertinents pour promouvoir les déclarations des faits à l’état civil au Sénégal et il est attendu au sortir de cette rencontre un document national qui servira de base de travail, de dialogue et d’échanges entre les religieux et les communautés a confé M. Ethia


laissez un commentaire