Votre site d'informations générales !

RAPPORT DU 5e RECENSEMENT GÉNÉRAL DE LA POPULATION : 20 % des sénégalais sont polygames

L’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD) a publié hier les rapports provisoires du cinquième Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH-5). Une occasion pour le directeur de l’organisation de revenir de façon beaucoup plus détaillée sur la constitution du rapport qui met à jour les données de cette enquête qui a duré 3 ans.

Les rapports provisoires du RGPH-5 révèlent que le Sénégal en 2023 comptait 18 123 390 habitants constitué à 50,6 % d’hommes et 49,4 % de femmes. Dans cette Population majoritaire jeune, plus de 20 % des personnes en mariage sont polygames. Pour ce qui est des conditions d’habitations, le patron de l’ANSD ajoute que les sénégalais sont majoritairement propriétaires de leurs logements. « En revanche, lorsqu’on vient en milieu urbain, 55 % des ménages sénégalais sont propriétaires de leurs logements et quand on vient à Dakar, ce taux n’est que de 38, 8 % », a-t-il également soutenu

D’après lui, « Les ménages ont généralement accès à l’électricité, c’est un taux de 77,7 pour cent à l’échelle nationale qui varie selon les régions les plus fortes, urbanisées notamment Dakar, Thiès, Ziguinchor. Les autres indicateurs, c’est une multitude, une foultitude qu’on pourra retrouver dans le rapport. La polygamie est un phénomène présent, on a au niveau national 20 % des individus qui sont en union, mariage sont dans un ménage polygame, le reste on pourra le parcourir dans le rapport » a-t-il fait savoir

Venu présider cette rencontre, le Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération Abdourahmane Sarr a rappelé que le recensement est un exercice qui en principe se fait tous les 10 ans que le Sénégal l’a respecté « C’est un exercice très important parce que les données qui se recueillies auprès des populations permettent d’orienter, de guider les politiques publiques parce qu’il faut savoir combien nous sommes, connaitre les caractéristiques de ses populations, à partir de là, pouvoir déterminer les politiques et particulièrement sur quoi les autorités devaient s’appesantir pour satisfaire les besoins des populations », a réagi M. Sarr.

Le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération de saluer le travail réalisé par l’ANSD et ses équipes d’enquêteurs : « C’est extrêmement important et tous les partenaires qui ont participé à ces travaux peuvent en témoigner, le travail qui a été fait est un travail titanesque, une ligne d’or en termes de données et d’informations véritablement que tous les chercheurs et tous ceux qui s’intéressent aux politiques publiques pourront exploiter » s’est félicitée M. Sarr.


Aissatou FAYE

 

laissez un commentaire